Résistance alsacienne

Groupie 3Est-ce la proximité avec les Vosges, réservoir de matière première et importante région de production de papier en France, qui fait que l’Alsace, depuis quelques temps, se pose en terre de résistance du fanzine papier ? A Strasbourg et Colmar, deux activistes de la première heure, Renaud Sachet et Mathieu Marmillot, chacun à leur rythme, perpétuent une de ces traditions dont on a bien du mal à se défaire.

Le premier est de loin le plus prolifique. Depuis mai 2018 pour Langue Pendue (10 numéros) et le printemps 2020 pour Groupie (3 numéros), Renaud Sachet nous parle de façon très personnelle et érudite de sa passion pour la musique en langue française, sans aucune limite ni barrière. Exhumant quelques formidables madeleines de nos 90’s (un premier numéro spécial Lithium et un second en préparation, un autre sur les groupes de l’ouest de la France), il s’attache à nous bousculer dans nos certitudes grâce à une ouverture d’esprit insoupçonnée qui rend fréquentable Aya Nakamura, fait se croiser communiantes lo-fi (Paris Banlieue) et jeunes pousses du rap game (LL et Marwa Loud) tout en mettant l’accent sur des outsiders magnifiques (Thousand, Lispector, Ricky Holywood). Et comme on ne se refait pas, Renaud qui a longtemps été cheville ouvrière des labels Antimatière et Herzfeld publie des cassettes mettant à l’honneur un ou des artistes présents dans ses fanzines.

En attendant la suite des aventures de Groupie/Langue Pendue, plus au sud de la plaine d’Alsace, avec un rythme bien moins affairé, le label Parklife dirigé par Mathieu Marmillot sort, 12 ans après le premier Parklife 060, son nouveau maga-fanzine Parklife 061. 90 pages d’un noir et blanc glacé, quasi luxueux et d’une sobriété graphique salutaire pour exprimer non sans nostalgie mais dans une certaine visée documentaire son amour des années 1980 post punk. On y croise Philippe Pascal pour l’une de ses toutes dernières interviews, James Nice (archiviste génial des labels Les Temps Moderne et héritier de Factory Bénélux), The Wake, Mark Reeder, l’homme aux mille vies, on y fréquente d’étonnants clubs comme l’incroyable Caveau du Marcaire, boite new wave perdue au fin fond d’une vallée vosgienne plus célèbre pour son fromage que pour ses corbeaux et part à la rencontre de photographes mythiques comme Philippe Carly ou David Arnoff. Mais Mathieu, également rédacteur chez nos confrères de Benzine vit aussi avec son temps et nous fait découvrir les strasbourgeois du Plus Simple Appareil ou les prometteurs Sinaïve, également favoris de Renaud Sachet… qui se livre lui-même un peu plus en interview. La boucle est bouclée, solidarité régionale et passions communes. En prime, le groupe de Mathieu, les Manson’s Child, livre sur un authentique flexi disc une version plutôt personnelle du célèbre I Know Where Syd Barrett Lives des Television Personalities auxquels un bel article est également consacré.

Cette passion de l’écriture et de la micro-édition que partagent Renaud et Mathieu est d’autant plus jouissive que dans ce monde numérique où presque tout n’est qu’urgence, vite publié, lu, digéré et oublié (cette news comprise, évidemment), ce petit plaisir de feuilleter, laisser trainer sur une table de salon ou de chevet, dévorer ou déguster pour enfin méticuleusement archiver n’a décidément pas d’équivalent.

Sinaïve reprend une des plus belles chansons de Murat sur la K7 de Langue Pendue :

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.
En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Ecrit par
Ecrits aussi par Olivier

Ski Saigon / Sees The Albatross
[Too Good To Be True Records]

La légende du Phénix a de beaux jours devant elle, surtout lorsqu’elle...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *