Ride or let DIIV

DIIV par Bailey BrownC’est au creux de l’été que les ancêtres Ride sortiront leur 2éme album de “leur nouvelle vie” saluant un retour en verve, le sixième depuis leurs débuts sur les bancs de l’école à Oxford il y a… 30 ans. A croire d’ailleurs que les chantres d’une certaine esthétique “noisy-pop / shoegaze” (sujet sans fin pour les soirées entre quadra avancés) comptent couper la chique aux petits jeunes en faisant paraître This Is Not A Safe Place, le 16 août (Wichita) : dans la frénésie des parutions de la rentrée, et sur la foi de excellent single Future Love qu’on a déjà usé jusqu’à la corde (sensible pour nos cœurs nostalgiques), on ira acheter le successeur de Weather Diaries, comme on souscrit une obligation chez notre banquier.

Mais tout laisse à croire que Zachary Cole Smith veut jouer les trouble-fêtes. En effet le troisième album de son formidable projet DIIV (photo : Bailey Brownne) paraîtra pas avant le 4 octobre (Captured Tracks) et pourtant déjà l’Américain qui s’est désormais entouré d’un véritable groupe (de tueurs) balance un single plus Ride que du vrai Ride !! Skin Game démarre au galop ponctué d’un beau riff de guitares avant de se muer en cavalcade effrénée. Et ce solo de guitare, diantre ! Cole se dévoile à cette occasion quant à ses problèmes de toxicomanie avec ce morceau addictif. Si tout Deceiver, produit par Sonny Diperri (My Bloody Valentine, Nine Inch Nails, Protomartyr) – une première pour DIIV – est du même tonneau, on peut d’ores et déjà prévoir de passer l’automne affublé d’un sweet à capuche en regardant nos pompes avec un air renfrogné d’ado romantique.

Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

A deux dans un plumard avec Girl in Red

La sinistre période des fêtes (confinées) de fin d’année arrive à grand...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *