Soccer Mommy sort le Shotgun et prépare un été sorbet/bière

Soccer Mommy - Sometimes ForeverOn n’a toujours pas décidé si on aimait Soccer Mommy aka Sophie Allison pour son nom de scène ou pour sa musique. Il se pourrait bien que, malgré la très forte séduction érotique provoquée par son patronyme, la musique l’emporte. Notre ancienne reine de l’été (c’était en 2017, autant dire il y a une éternité) nous avait laissé baba avec un Color Theory remarquable et frais comme une joue d’adolescente. On sera ainsi attentif le 24 juin prochain à la sortie du nouvel album de la jeune américaine, Sometimes, Forever. Le disque a été produit par Daniel Lopatin de Oneothrix Point Never, lequel a collaboré au succès des deux derniers albums de The Weeknd, et pourrait aider à ripoliner le son encore un peu brut de la jeune femme pour dessiner un succès plus ample. On imagine que c’est l’intention.

Le premier extrait du disque, Shotgun, ne témoigne pas tant que ça, à ce stade, d’un changement d’échelle, d’intention ou de registre. Le clip est amusant mais la chanson quelque peu décevante sur le plan mélodique et enfermée dans un registre pop rock FM que la production annoncée comme rétro et expérimentale (dans les interviews) ne relève pas tant que ça. Côté textes, la chanteuse s’exprime toujours sur la confusion d’époque ressentie par une girl next door devenue adulte et confrontée aux affres de l’amour (fugace), des sentiments non durables et autres questions sociales (le succès, etc). La vie n’est pas simple et le bordel ambient n’aide pas à s’y repérer. On aime, malgré le côté assez propret de l’ensemble, les images percutantes assemblées par l’artiste telles que « So whenever you want me I’ll be around/ I’m a bullet in a shotgun waiting to sound » ou encore le tiraillement entre picole et sorbet qui s’exprime ici : « Cold beer and ice cream is all we keep/ The only things we really need/ ‘Cause I like dessert and alcohol/ And watching as you get/ Drunk and you’re stumbling in the hall« . Voilà une interrogation qui porte son lot de questions existentielles.

Avec ce morceau, on retrouve le charme d’une Soccer Mommy qui représente désormais une jeune ménagère américaine enfermée dans une vie conventionnelle et chiante mais aux allures toujours un peu trash, une anti Lana Del Rey, arrondie et aux arêtes aiguës, qui séduit et malmène.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, ,
More from Benjamin Berton
All In The World : ça chauffe et ça fédère pour HiFi Sean & David McAlmont
C’est le genre de musique qui en irritera plus d’un mais il...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *