The Fall A French Tribute
[Teenage Hate Records]

8.2 Note de l'auteur
8.2

The Fall - A French TributeA l’approche des deux ans de la disparition de Mark E Smith, plusieurs pays résonnent déjà d’hommages au génie atrabilaire de The Fall. Une compilation espagnole, pas mal du tout, est sortie il y a quelques mois. C’est au tour de la France de se lancer dans un tribute respectueux et soigné à l’invite du label Teenage Hate Records.

Le casting est cinq étoiles avec d’excellents groupes qui, loin d’être révérencieux, réussissent à s’approprier l’univers inimitable du Mancunien pour nous proposer une version détournée et infidèle de morceaux presque tous iconiques du groupe. Cela démarre de bien curieuse façon avec un Totally Wired par MNNQNS qui ressemble d’abord comme deux gouttes d’eau à du Joy Division. « Hé les gars ! », est-on tenté de les arrêter, « on avait dit The Fall », avant que le morceau ne retombe sur la rythmique parfaite de Smith. La relecture qui suit est impeccable, intelligente et délicieusement pop sur la fin. Delacave emboîte le pas brillamment sur un Before The Moon Falls gothique et envoûtant, comme chanté par un jeune clone de Siouxsie, atterrie par erreur dans le Nord de l’Angleterre en 1979 au lieu de traîner avec son contingent. Cannibale reste sur Dragnet avec une version joueuse et étrangement lumineuse de Your Heart Out. Le groupe restitue au morceau original toute sa grâce et son second degré comique et détaché de consommateur de speed, en ralentissant le tempo et en faisant l’imbécile. Cela fonctionne plutôt pas mal. On attendait Frustration sur un morceau punk du groupe mais les Parisiens s’attaquent avec la manière au plus pop Oh ! Brother, titre mineur du milieu des années 80.

Difficile de gâcher l’immense Sparta FC. The Scaners passent pourtant à deux doigts de la correctionnelle en éteignant la force de la rythmique sous une production hasardeuse avant de renoncer partiellement à la brutalité de la charge. Leur enthousiasme les sauve et évite le loupé, mais le titre reste un poil en dessous du reste. C’est tout le contraire avec We Hate You Please Die qui sublime Assume, l’un des excellents titres de Fall Heads Roll, probablement le meilleur album de l’avant-dernière période de The Fall. La version du groupe Rouennais est crade, incisive et juste comme il faut, emmenée par un chant qui compte désormais parmi les plus vicieusement sexy du pays. Il n’est pas trop tard, ceci dit en passant, pour serrer le groupe en tournée, puisque les WHYPD seront un peu partout encore d’ici fin décembre. Vox Low expérimente de manière intéressante sur Big New Prinz mais sonne un peu trop français sur le texte. No Xmas for John Quays est formidablement bien rendu par un Villejuif Underground rétro-punk qui nous replonge brillamment dans un texte qu’il suit à la lettre. C’est du grand art et un vrai bonheur que prolonge en version très premier degré Dewaere sur Hit The North. On retrouve la frontalité joviale de Smith sur ce titre au groove et à l’énergie impressionnante. Hit The North est peut-être bien l’un des plus grands morceaux de The Fall. Cette version lui rend justice en s’offrant notamment un final gargantuesque de guitares rock.

Michel Cloup fait son intéressant sur Variations Autour d’un Classique (The Classical). Le titre fonctionne comme un morceau « à la façon de », en essayant de proposer une alternative française au chanté/parlé de The Fall. On comprend l’idée sans avoir très envie de rentrer là-dedans à cet instant précis. Le morceau prend tout son sens sur la seconde moitié du titre, révélant sa construction en palimpseste, presque trop subtile pour cette compilation. On préfère s’économiser sur la remarquable version de L.A (et ses fantômes) par Spitzer, qui montre qu’il a tout compris du titre de This Nation’s Saving Grace. C’est le sommet de l’ère Brix Smith, un comble du dérangement où la folie de Smith se heurte à des paysages californiens insensés et à son propre sentiment amoureux. Le groupe rend à merveille les visions malades (les boulevards enneigés, l’angoisse) d’un Smith speedé et transplanté entre les palmiers et les plages. Sûrement la version la plus réussie du disque entier.

Au final, le tribute français est presque tout entier recommandable, une franche réussite qui non seulement met en avant une collection de chansons merveilleuse mais honore autant leur défunt compositeur que les groupes qui se prêtent au jeu de la reprise. Il n’est pas si fréquent sur ce genre de disques qu’on frise le sans faute de si près. Ce disque est parfait pour attendre le second (?) volet de l’anthologie live du groupe qui sortira pour Noël.

Tracklist
01. MNNQNS – Totally Wired
02. Delacave – Before The Moon Falls
03. Cannibale – Your Heart Out
04. Frustration – Oh ! Brother
05. The Scaners (feat Xanthos Papanikoaou from Bazooka) – Sparta FC
06. We Hate You Please Die – Assume
07. Vox Low – Big New Prinz
08. Le Villejuif Underground – No Christmas For John Quays
09. Dewaere – Hit The North
10. Michel Cloup Duo – Variations autour d’un classique (The Classical)
11. Spitzer – L.A
Liens
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Leonard Cohen / Thanks for The Dance
[Columbia Records]

Après l’album des adieux en 2016, You Want It Darker, voici l’album...
Lire la suite

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *