The Wedding Present / Locked Down and Stripped Back
[Scopitones Records]

8.1 Note de l'auteur
8.1

The Wedding Present - Locked Down and Stripped BackTrès actifs pendant les différents confinements, les Wedding Present de David Gedge ont rapidement capitalisé sur leur vivace communauté digitale pour monter des événements dont on a pu rendre compte et poursuivre leur œuvre d’évangélisation des masses (âgées et désormais rikiki) au message des guitares électriques speedées. Soucieux de saisir sur disque chaque étape de leur longue histoire, le groupe en a profité afin de prolonger l’expérience pour signer un nouveau disque semi-acoustique, Locked Down and Stripped Back, enregistré à distance (chacun chez lui à l’exception de Gedge et Melanie Howard) et bénéficiant du renfort de quelques invités de prestige dont la présence sensuelle (et qui ne nous rajeunit pas) de la magnifique Louise Wener (chanteuse du groupe Sleeper) sur le troublant We Should Be Together. A l’image de cette composition inédite (on retrouve également le nouveau titre déjà joué l’an dernier You’re Just A Habit That I’m Trying To Break, dont on est moins fans), ce disque est frais et léger comme un jour sans masque, saisissant de spontanéité et permet de réapprécier pleinement des chansons qui font partie de l’immense patrimoine sentimental composé par Gedge et les siens. Le retour de Terry De Castro pour quelques titres fait aussi du bien au son du groupe, qui sort vivifié par cette démarche inédite d’électrification débranchée, puisque les morceaux (enregistrés de manière dissociée) sonnent beaux, entre puissance originelle et charme désuet de l’acoustique.

Côté setlist, on retrouve des valeurs sûres venues d’époques différentes mais qui sonnent toujours aussi bien. La voix de Gedge est parfaite et à la hauteur (si on excepte une performance moyenne sur California), portant d’emblée le toujours sublime A Million Miles à un niveau d’intensité extraordinaire. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Wedding Present ne parle jamais que d’un seul sujet : l’amour entre adultes, comment il se compose, décompose, détruit, reprend, comment on lui survit, comment il évolue, se dénoue, comment on trompe, désaime, comment on aime, comment on est délaissé et comment on abandonne. Depuis trente ans, Gedge aura fait autant pour décrire le sentiment que, disons, Honoré d’Urfé, Woody Allen et Ingmar Bergman réunis.

Il le fait avec une aisance et une modernité, une fluidité qui rappelle parfois le naturel d’un Philippe Djian, d’une plume sèche et qui se concentre souvent sur des images fortes et définitives (le génial et terminal ici, My Favourite Dress). Ses chansons sont des témoignages d’une lucidité exemplaire sur les sentiments qui passent ou naissent, sur ce qui fait que cette question (l’amour) est placée au centre de nos existences. Il faut entendre Louise Wener sur We Should Be Together où deux amis se tournent autour après deux décennies de compagnonnage et se demandent pourquoi ils n’ont jamais vécu ensemble. Chacun sait que certaines histoires qui auraient dû exister n’existeront jamais. Et que d’autres qui n’auraient pas dû ont fait notre vie. L’amour est toxique (You’re Just A Habit…), enivrant ou avilissant. Il éblouit (Deer Caught) ou épuise quand il reflue. On ne va pas reprendre les titres un à un mais ce disque est splendide, élégant et d’une puissance qui donne envie d’aimer follement. Gedge continue d’inspirer, par sa bravoure, par sa capacité (personnelle) à quitter, à s’attacher, à bâtir ce groupe, à renouveler ses membres et à aller de l’avant. The Wedding Present est un groupe qui continue de porter son nom remarquablement et de se présenter à nous comme une offrande, romantique, lucide, enflammée. On pourrait citer quelques mots de chacun des titres mais on se contentera de conclure sur Blonde… 

And I meant every word that I said
Oh, did I try too hard? Oh, I don’t know
You made sure it wouldn’t happen again
Oh, you’re clever!
Yes, I was that naive
Yes, I was that naive
You’ve heard this all before
You’ve heard this all before
I’m just some name in your book
That’s why you gave up writing weeks ago
You won’t be getting in touch
Oh, do you ever?
Yes, I was that naive
Yes, I was that naive
You’ve heard this all before
You’ve heard this all before

… qui incarne, comme Granadaland (un peu avant), l’essence de l’écriture gedgienne, celle du mâle souffrant et aspirant à ce que le monde peut lui réserver de meilleur : une étreinte, une épaule, l’être aimé au lit, dans un souvenir ou au téléphone. Locked Down and Stripped Back est le disque exemplaire d’un groupe exemplaire aux prises avec une crise majeure.  Que faire alors si ce n’est continuer la lutte en creusant le sillon et en chantant ?

Tracklist
01. A Million Miles
02. California
03. Starry Eyed
04. We Should Be Together
05. You Should Always Keep In Touch With Your Friends
06. Granadaland
07. You’re Just A Habit That I’m Trying To Break
08. Crawl
09. Sports Car
10. Deer Caught in The Headlights
11. Blonde
12. My Favourite Dress
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
Motorama 5ème : Many Nights sort en septembre et il est très bien
Il y a des privilèges qui ne se dédaignent pas. Celui d’avoir...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *