The Divine Comedy / Charmed Life The Best of
[Divine Comedy Records Limited]

8.8 Note de l'auteur
8.8

Divine Comedy - Charmed Life The Best ofSur le vrai faux best of The Way It Was de Divine Comedy, proposé il y a 6 mois à peine, on indiquait clairement qu’on faisait le choix de laisser une plus grande place aux œuvres de jeunesse de l’Irlandais au détriment des vingt années qui suivaient Fin de Siècle en 1998. C’était à la fois un choix bien marqué et un parti pris que déjoue Charmed Life, le best of officiel en 2 CDs qui sort ces jours-ci.

En choisissant de réunir 24 morceaux, de ne pas les ordonner chronologiquement et justement de ne pas donner une véritable sur-représentation à Liberation, Promenade et, disons, Casanova, sa trilogie sacrée, Neil Hannon confirme qu’il considère bien sa carrière comme un tout et tout aussi légitimes des albums comme Office Politics ou Bang Goes The KnightHood qu’on avait clairement moins fréquentés. A l’échelle du best of, et sur une œuvre qui compte maintenant douze albums, le pari est pleinement réussi même s’il a tendance à donner un peu trop d’importance (selon notre goût) au Neil Hannon cabotin et pompier qu’au compositeur pop exigeant et ramassé des premiers disques. L’ensemble en 2 CDs (malheureusement sans livret dans l’édition qu’on s’est procurés – le tout étant désormais édité sur le label du chanteur) tient la route et enchante.

Grand écart 

Ecouté en plein hiver, dans la grisaille et la pluie, on peut même dire que ce Charmed Life tient toutes les promesses de son titre et nous offre une escapade romantique, enflammée, exaltante dans un univers qui l’est moins (notre vie), tout en ménageant comme il se doit de splendides moments d’émotion. Parmi ces 24 titres, tous ont quelque chose à dire et nous permettent d’apprécier, dans un registre musical qui n’a pas tellement changé au fil des années, le vaste champ (par les textes, les concepts et les émotions) couvert par la Divine Comedy. Entre les peintures de personnages ou de situations (Norman and Norma, Our Mutual Friend, Your Daddy’s Car), les chansons d’amour, les chansons vaguement érotiques ou évoquant l’amour physique (Generation Sex) et les trucs vaguement hors du temps, abstraits et à portée universelle qui le rapprochent de l’un de ses compositeurs favoris Scott Walker, Neil Hannon fait un grand écart dont se dégage surtout une grande cohérence.

Un Monde sans Dieu

Ceux qui continuent de considérer qu’il est tout simplement aux Kinks ce que.. Richard Clayderman est à… Akira Kosemura se trompent et Charmed Life le démontre : Hannon est un petit maître (ce n’est pas Mc Cartney) mais un maître tout de même dont les propositions sont virevoltantes, pleines d’idées, bouillantes d’envie de bien faire et surtout de jouer avec le public. Car ce qui ressort de ces deux disques c’est bien l’enthousiasme, l’envie de convaincre, de dire les choses, de faire pleurer, d’appeler à la vie, à l’amour, de dire le monde dans toute sa splendeur, amoureuse, désolée, massacrée par les trahisons (Our Mutual Friend, sublime parmi les sublimes), sa démesure. Neil Hannon fait partie de ses petits hommes chantants qui mettent en évidence ce qu’il y a d’infini en nous, la façon dont l’émotion par sa force, sa pureté, son intensité, dépasse nos seules personnes pour nous transformer en quelques instants et pour quelques secondes en un être qui tutoie le divin, hérite d’immenses pouvoirs et se croit tout permis.

Étrangement, s’il parle du vieillissement, du sexe, de la vie, de la mort, de la vitesse (National Express) et de la guerre, du  crime et d’un tas de choses, la religion et la spiritualité sont deux thèmes que Hannon a toujours (ou presque) soigneusement évités. Cette impasse en dit long sur ce qu’il cherche avec frénésie : célébrer l’homme, la femme, ce qui se passe ici bas, en le sublimant en une formidable aventure, dans laquelle les croyances et les lois surnaturelles n’ont pas leur mot à dire.

La séduction qu’exerce Divine Comedy sur nous (et c’est assez cocasse quand on porte ce nom) repose en grande partie sur l’idée selon lequel l’homme est maître de sa destinée et affronte le réel en combat singulier. C’est cette solitude, et ce monde sans dieu, qui confèrent à ses chansons cette allure héroïque qui nous fait fondre depuis trente ans maintenant. En écoutant Charmed Life, on se sent profondément humain, profondément libre et vivant, comme si le meilleur nous attendait et le pire ne nous foutait pas la frousse. Charmed Life est une musique qui rend conquérant et courageux, une musique qui gonfle le coeur… certes un peu artificiellement mais on ne doit pas faire la fine bouche/oreille. Il y a certes des défaites, l’usure du temps et parfois de la lassitude (Becoming More Like Alfie, Lady of A Certain Age) mais toujours de la dignité, de la volonté et de l’honneur. Pas étonnant que Hannon, même essoré et revenu de ses rêves de gloire, ait joué au général d’armée sur To The Rescue, rescapé d’un Foreverland qu’on avait pas aimé mais qui, comme chaque album de l’Irlandais, a son sens et offre quelques perles. Casanova a plus aujourd’hui des allures de Quichotte mais a toujours le style et le panache.

Charmed Life ne proposera rien de neuf à ceux qui ont tous les disques ou ont fréquenté avec assiduité l’œuvre de la Divine Comedy. Mais le best of offrira à ceux-là comme à ceux qui le connaissent moins une occasion de mesurer à quel point ce compositeur-chanteur, cet auteur est fringant, précieux et indispensable à la grande cause pop. Le disque s’accompagne d’une tournée qui fera la part belle à la France. On n’en fera pas la publicité car il est couru que les places vont s’arracher entre bobos et amateurs bourgeois des beaux quartiers. C’est dommage, cette musique aurait gagné à être écoutée par le plus grand nombre.

Tracklist
01. Charmed Life
02. National Express
03. Norman and Norma
04. Something for the Weekend
05. Songs of Love
06. The best Mistakes
07. At the indie disco
08. Bad Ambassador
09. A Lady of A Certain Age
10. Becoming More Like Alfie
11. Come Home Billy Bird
12. Have You Ever Been In Love
13. Our Mutual Friend
14. Generation Sex
15. How Can You Leave Me On My Own
16. Perfect Lovesong
17. Your Daddy’s Car
18. You’ll Never Work in This Town Again
19. Absent Friends
20. Everybody Knows (except you)
21. The Certainty of Chance
22. Sunrise
23. To The Rescue
24. Tonight We Fly
Écouter Divine Comedy - Charmed Life The Best of

Liens
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *