Arab Strap en mode Reanimator : premier extrait

Arab Strap - The Turning Of Our BonesLes choses s’emballent sur le front Écossais. A peine avait-on annoncé l’arrivée d’un nouvel album d’Arab Strap que le duo composé de Malcolm Middleton et Aidan Moffat balançait un premier extrait. Et quel extrait ! The Turning of Our Bones est la meilleure chose qui soit arrivée à la musique de vieux messieurs depuis une éternité et sans aucun doute depuis le dernier Matthieu Malon !

Le titre constitue la face A d’un single qui sera commercialisé le 23 octobre sur le label Rock Action et qui porte son nom. Le second morceau s’appelle Jumpers. On n’en sait pas plus, pour l’heure, concernant l’album supposé, s’il existe vraiment et si ce single en est l’envoyé spécial.

Le morceau en soi est magnifique, à la fois typique des compositions du duo mais assez aventureux dans sa prise de liberté d’avec les canons du genre indé. Illustré superbement par des extraits de vieux films d’horreur (on pense au culte Reanimator), le titre s’emballe sur un tapis de congas et de synthés après une minute et quinze secondes, convoque un saxo surréaliste avant s’offrir à mi-chemin une escapade dansante et électronique qui n’est pas sans rappeler le premier âge du groupe (on exagère un peu). Entre les cordes et le crescendo final, c’est du grand art et du grand Arab Strap, inspiré et porté par un texte plutôt sibyllin et plus allégorique que d’ordinaire pour décrire des corps, des amants qui reprennent goût à la vie/baise. L’ensemble est sobre, élégant, séduisant, proposant un vrai compromis d’excellence entre la majesté des arrangements, la sincérité du chant et l’entraînement rythmique. Un vrai bon boulot donc, qui propose une belle évolution dans la continuité.

Pour ceux qui aiment la VO, voici ce qu’en dit Moffat dans le texte : « The Turning of Our Bones is an incantation, a voodoo spell to raise the dead. Inspired by the Famadihana ritual of the Malagasy people of Madagascar, in which they dance with the corpses of loved ones; it’s all about resurrection and shagging.”

Le famadihana ritual désigne chez les Malgaches cette action qui consiste à retourner les morts tous les sept ans, lors d’une petite danse, pour s’assurer qu’ils ne soient pas prisonniers de mauvais esprits. C’est ce que Moffat recommande de faire avec son zizi et une vieille amie (morte ou vive) en guise d’entretien. Faute de mieux, c’est un bon rythme.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Frustration / So Cold Streams
[Born Bad Records]
C’est tout simplement l’album d’après. Il en va des discographies comme des...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.