Nouveau VIOT : chambre rouge, baisers noirs

Viot - Chambre RougeProlongeant l’univers dessiné depuis fin 2018 avec ses deux derniers EP, Minotaure et Hallali, VIOT continue de s’enfoncer, chanson après chanson, dans une noirceur fascinante et insondable. Avec ce nouveau morceau, Chambre Rouge, on imagine que le fond gothique ne pourra pas donner beaucoup plus, le chanteur mêlant, cette fois, le sang, le sexe, la mort et la volupté, dans un théâtre de masques qui fleure bon la décadence fin XIXème, les parties de chasse macabres mais aussi ses premiers travaux aux influences plus cinématographiques.

La série de dessins qui accompagnent ces réalisations est signée Benjamin Vareille et contribue fortement à donner corps à un imaginaire original où se télescopent le bestiaire animal, des visions d’horreur dignes de David Lynch et des évocations poétiques à la Lautréamont qui n’ont que rarement été fouillées avec cette intensité et ce sérieux dans la chanson française. L’électronique forcenée et proto-ambient qui sert le nouveau single renforce bien entendu cette sensation d’être face à une affaire malsaine et dangereuse, à une menace érotique mortifère en même temps qu’excitante. La réalisation est signée Seb Houis.

Ceci mis à part, Chambre Rouge se situe, sur ce qu’elle véhicule, un léger cran en dessous des précédentes livraisons du chanteur. Le texte est moins percutant et les images moins riches que celles qui nous hypnotisaient sur Hallali et Minotaure. Le chant lui-même est plus mécanique, tandis que le fond relève plus de la messe noire ou des chasses (érotiques) du Comte Zaroff que de l’univers pop du chanteur de Mort à Vegas ou du Vénus Bar.

Les qualités de cette livraison tiennent au moins autant à l’efficacité du morceau qu’au parti pris esthétique suivi ici avec une radicalité et une rigueur époustouflantes. VIOT affiche sa détermination d’aller jusqu’au bout, comme le narrateur est prêt à aimer jusqu’à l’équarrissage. On peut appeler cela de l’aveuglement, de la détermination ou de la passion : toujours est-il que la capacité à changer de direction, tant sur le plan de l’imagerie que sur le plan musical, est un signe de caractère qui finit par en imposer. On reste curieux de voir jusqu’où le chanteur va emmener ce projet et quel album en sortira. La réponse est prévue pour 2020.

Mots-clés de cet article
, ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Cult Figures roule un patin nostalgique

Les Cult Figures reviennent de loin. Né en 1977 (bon sang, il...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *