Playlist Roland-Garros : musique, tennis et jours de lose

Roland Garros 2021Il faut se creuser la tête un peu petit pour isoler une playlist qui cause tennis. Pas si étonnant de fait car la sociologie de Roland Garros et de la petite balle jaune ne rencontre que d’assez loin (généralement) celle des fans de musique indépendante, alors qu’on pourrait remplir un coffret de 25 CD avec des références au foot, au basket et à d’autres sports. Bref, l’exercice n’est pas si simple mais ce n’est pas pour cela qu’il est impossible. Histoire de traverser un weekend pluvieux et un désert de Français (puisque notre contingent a été sacrément attaqué par les premiers jours de tournoi), on a quand même sélectionné quelques morceaux qui évoquent le tennis et qui vous permettront de remuer la tête de gauche à droite en matant des cours bâchés ou en suivant des échanges à couvert entre gros bourrins du manche. Rassurez-vous, on a écarté les scies en terre battue que sont Karen Cheryl et Martin Solveig (ok, on a gardé Alain Chamfort et Philippe Lavil) et qu’on retrouve dans toutes les playlists du genre pour amener un peu de nouveauté.

La plus mainstream : Lorde – Tennis Court (2013)

C’est le mastodonte des chansons de tennis ces dernières années. Extrait du premier album Pure Heroine de la chanteuse néo-zélandaise, cette chanson qui parle assez peu de tennis a été un vrai carton international. Lorde y explique qu’elle aime le tennis et sa présentation esthétique autant qu’elle fait référence à la nostalgie qu’elle tient pour le jeu.

La plus détachée : Benjamin Biolay – L’amour, le tennis 

Le Biolay est polisson et signe la chanson la plus érotique qu’on connaisse sur le tennis, prétexte à faire fricoter les jupes courtes et la vision rohmérienne bourgeoise du sport. Bref, du Biolay pur sucre dans un album (Grand Prix) qui est supposé parler de Formule 1.

L’amour, le tennis, l’intérieur de tes cuisses
J’avais l’amour, le tennis, l’intérieur de tes cuisses
L’amour, le tennis, l’intérieur de tes cuisses
J’avais l’amour, le tennis, l’intérieur de tes cuisses

La plus kitsch : Philippe Lavil – Le Tennis (1982)

Quitte à taper sur quelque chose, mieux vaut taper dans une balle que sur des bambous. C’est la conclusion à laquelle arrive Philippe Lavil en 1982 et c’est bien ainsi. Que voulez-vous de plus ? C’est ridicule pour l’éternité.

La plus élégante : Alain Chamfort – Tennisman (1977)

Même chanté en ces temps préhistoriques par Alain Chamfort, ce que démontre ce titre c’est que le tennis n’a jamais réussi à être vraiment un thème très cool de chanson. L’élégance est là mais il manque quelque chose. Ca n’est pas esthétique, pas musical.

La plus moins (faussement) décalée : Oldelaf – J’aime le tennis (2018)

Oh bon sang. Ce qu’il ne faut pas faire ! De toute façon, tout ce qui se veut drôle fait rarement rire et lorsqu’on parle de musique, à quelques exceptions près, humour rime avec four. La chanson d’Oldelaf se regarde plutôt qu’elle ne s’écoute. C’est comme ça.

La plus vintage : Michel Legrand – la Partie de tennis (1981)

En 1981, Michel Legrand sort l’album Attendre avec ce single dessus. Il a fait des trucs mieux mais le tennis ne s’en est jamais remis. La chanson préférée d’Henri Leconte.

La plus stylée : Da Silva – McEnroe (2017)

“Je l’aime pas Da Silva”, mais il faut avouer que McEnroe est vraiment une excellente chanson, avec ses petits airs de Calogero emphatiques et intimes. Du beau boulot et l’une des meilleures chansons (il y en a quelques unes en anglais) qui rendent hommage au gaucher le plus cool de tous les temps.

La plus inattendue : Ghostface Killa – Nutmeg (2000)

Ok, c’est encore une référence à McEnroe, mais tout de même, c’est pas tous les jours que le RZA qui est à la compo trahit son intérêt pour la petite balle jaune. De là à penser que le Wu Tang Clan au grand complet tape la balle dans ses temps morts, il n’y a qu’un pas.

La plus authentique : Federer chante les Beatles (2020)

Federer chante. Pas aussi bien qu’il joue au tennis évidemment et même mal entouré mais sa coupe de cheveu est impeccable et il s’en sort avec les honneurs.

La plus folk : Antonello Paulesu – Roger Federer Folk Song (2017)

Sans commentaire.

La plus Housse de racket : Housse de Racket – Oh Yeah (2008)

Sans commentaire 2.

La plus punk : Viagra Boys – Sports (2018)

Les racailles Viagra Boys signent avec ce single leur premier grand grand morceau. Et c’est un grand grand morceau punk, poseur et chanté remarquablement bien par le terrible Sebastian Murphy.

La moins Tennis – I Miss That Feeling 

On aime et on suit Tennis depuis leur Cape Dory de 2011, mais on ne se souvient plus vraiment pourquoi ils s’appellent Tennis en fait et si on a jamais entendu une chanson d’eux en rapport direct avec ce sport. Dans notre souvenir, le groupe était plus branché mer et navigation que terre battue mais dans le doute…

La plus rock n’roll : The Rural Juror – Tennis Night 

Mi-parodie, mi-art, Tennis Night saura animer vos soirées avec Benoît Paire. Après une bonne défaite, rien de tel qu’un peu de rodéo avec une américaine à dents blanches.

La plus sexy (et pertinente) : U.D.I – Tennis Skirts (1995)

Under Da Influence signe rien moins que la chanson la plus essentielle sur le tennis en prenant pour point d’intérêt la jupe des joueuses. On n’en attendait pas moins du groupe, généralement salace et tourné vers la chose. C’est vraiment du bon boulot.

La plus triste : Courtney Barnett – Avant Gardener (2013)

Quelle belle chanson. A Sea of Split Peas est notre disque préféré de Courtney Barnett et cette chanson dont le clip se passe sur le court n’est pas la moins bonne. Un délice.

La plus inattendue – Sticky – Ivan Lendl (2006)

Curiosité danoise et hymne à l’immense joueur malaimé qu’a été Ivan Lendl. Un must.

La plus Wtf : Andre Agassi Palumbo – André Agassi (2011)

Un mystère absolu. Chant traditionnel ou type bourré. World music ou génie lo-fi. André Agassi est notre joueur préféré et cette chanson à sa gloire est tout simplement la plus spectaculairement spectaculaire qu’on a pu trouver sur le sujet.

Photo par John Fornander sur Unsplash

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
TOOOD reprend la mer en toute transparence
Cet obscur objet du désir, la mer, occupe ces dernières semaines l’actualité...
Lire la suite
Join the Conversation

1 Comment

  1. says: zimmy

    >Même chanté en ces temps préhistoriques par Alain Chamfort, ce que démontre ce titre c’est que le tennis n’a jamais réussi à être vraiment un thème très cool de chanson.

    Et en plus c’est Gainsbourg au texte. De toute manière le tennis au faite de sa popularité (Borg vs Big Mac) n’a pas produit de chef d’oeuvre musical. Et même aujourd’hui avec un Roger Federer déclenchant partout une néo-Beatlemania, nada(l). Disons que si LE sport du cinéma est incontestablement la boxe, celui de la musique serait plutôt le foot because: 1) George Best était surnommé le 5ème Beatles. 2) Freddie Mercury a écrit We are the champions en pensant aux stades. 3) Touched by the hand of god 4) The World in motion 5) selon Brett Anderson, le seul choix pour un prolo anglais c’est le foot ou le rock.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *