The Wedding Present / 24 Songs
[Scopitones]

9 Note de l'auteur
9

The Wedding Present - 24 Songs24 + 5 c’est le nombre de titres monstrueux que nous offre le Wedding Present avec cet album compilation qui reprend le contenu des douze singles sortis par le groupe en 2022 (douze vinyles, rappelons le, dont le montage renouait avec l’exploit réalisé en 1992 avec Hit Parade) augmenté de cinq titres reprises et remixes.

Par delà l’exploit qui, dans une époque tout à fait différente, n’aura finalement agité que la communauté des fans du groupe et qui s’offrait pour les autres à condition de pouvoir y consacrer un beau petit budget, il reste après les compilations Locked Down and Stripped Down, de ces dernières années un album du Wedding qui succède ainsi à sept années de distance à Going, Going. La période aura donné lieu à une avalanche de sorties, rééditions, compilations, lives, qui auront fait passer le temps très vite, si tant est qu’il passe vraiment pour un groupe qui n’aura jamais sonné autant comme lui que sur ces 24 songs.

Le groupe qui joue toujours la même chanson, fait aussi toujours exactement la même musique. Ce disque en est une nouvelle preuve qui se situe dans l’oeuvre de Gedge et sa bande à un niveau de sophistication, de maîtrise et d’efficacité particulièrement élevé et épatant. Difficile en effet de faire plus Wedding que la chanson d’ouverture I Am Not Going To Fall In Love With You, depuis le thème jusqu’à une exécution archétypale mais jamais redondante ou rasoir qui ira gronder de frustration et de désir jusqu’à un final de près de six minutes électrisant et sec comme aux premiers jours. L’écriture est tubesque, les mélodies alertes et les guitares… électriques. Le groupe, encore renouvelé avec Melanie Howard, Jonathan Stewart et Nicholas Wellauer autour de Gedge, n’a jamais semblé aussi uni, compact et monolithique. Le line-up actuel, si l’on exclut le batteur, évolue depuis quatre ou cinq ans ensemble, ce qui est à la fois suffisant pour être solide sur ses bases et assez frais pour dégager intensité et envie. On ne s’amusera pas à décerner des bons et des très bons points (il n’y a aucune chance faible sur le disque), ni même à offrir des distinctions honorifiques aux chansons qu’on préfère mais il faut souligner qu’il y en a ici pour 1001 nuances de Wedding ou de guitares, ce qui revient au même. Entre les chansons qui démarrent et finissent fort, celles qui sont un peu plus tendres en apparence (allez, on aime bien That Would Only Happen In A Movie), celles qui bénéficient de l’apport d’une voix de femme, celles qui parlent d’un amour à naître (We Should Be Together avec la magnifique Louise Wener de Sleeper) ou d’un amour qui n’en peut plus (We Interrupt Our Program) ou qui nage dans la suspicion/trahison (le musculeux Strike!). Chaque chanson du Wedding agit peu ou prou comme une énième variation sur le même thème. L’étude des passions humaines par Gedge est une étude du couple peu commune, rigoureusement pop (c’est à dire d’apparence simpliste) mais infiniment riche à force d’exploration et de retour sur soi. Il y a par exemple de spectaculaires bons en avant dans l’analyse et de spectaculaires mises en scène narratives à l’image du remarquable Science-Fiction dont le texte est nourri à l’anticipation et y gagne une force poétique jamais atteinte.

Aliens have landed
I don’t know what they’ve demanded but the Earth will never be the same again
They said: “Take us to your leader,” you know, the usual procedure
They demolished all our barricades
And then I woke up and the world was just the same as it was yesterday
We broke up but I still call your name, like I do every day

Le reste est à l’avenant : somptueux et imaginatif. Le traitement de la relation de couple s’est étoffé, complexifié avec les années pour sortir de la simple dualité ensemble/séparés qui marquaient les premiers disques. Sur Kerplunk!, un modèle du genre, Gedge explore les ressorts de la colère, de la frustation, de la vexation dans le couple. C’est insondable, un brin hermétique mais beau et à des années lumière en termes de profondeur et d’intelligence par rapport à ce qu’on entend d’ordinaire dans la pop amoureuse. Sur 24 titres et plus, on a évidemment par moments des impressions de déjà vu face à des nouveautés qui n’en sont qu’à moitié (X marks the spot, jolie création « de série »), sans pouvoir résister au formidable pouvoir d’attraction du groupe. Comment ne pas craquer devant l’amour stratosphé-galactique d’Astronomic ? La voix de Gedge est si masculine et virile mais aussi si expressive et parfois affligée, si reconnaissable dans sa façon de moduler, qu’elle constitue un repère et un point d’ancrage qui suffit à nous accueillir et à nous sentir bien dans les morceaux. Entre chanteur de rock indé et crooner au long cours, le bonhomme qui a eu 63 ans il y a quelques semaines dégage une telle assurance dans sa technique, une telle possession de son registre, qu’on ne peut qu’en être impressionné. Si l’on ajoute à cela, quelques reprises bien senties comme l’indémodable A Song From Under The Floorboards de Magazine, titre dont il faudra bien un jour qu’on s’intéresse à la destinée splendide, ou encore le White Riot des Clash, ce 24 Songs est un paradis shoegaze, indé, pop, sentimental et musical.

Le Wedding Present est devenu à force de longévité et d’inspiration une institution. Pas de celles qui campent sur leur fonds de commerce et nous revendent la même soupe pour avoir le droit de tourner en paix, non, une institution frissonnante et traversée d’un permanent mouvement vers un avant qui, pas à pas, sonde l’espace timbre-poste sentimental qu’il s’est donné pour cible. 24 Songs est une réussite spectaculaire, attendue et méritée (notre titre préféré est Telemark, ceci dit en passant, avec la chanson de Noël, Panama).

Tracklist
01. I Am Not Going To Fall In Love With You
02. Memento Mori
03. That Would Only Happen In A Movie
04. We Interrupt Our Programme
05. We Should Be Together
06. Strike!
07. Science Fiction
08. Summer
09. Each Time You Open Your Eyes
10. We All Came From The Sea
11. Monochrome
12. Kerplunk!
13. Don’t Give Up Without A Fight
14. X Marks The Spot
15. You’re Just A Habit That I’m Trying To Break
16. Plot Twist
17. Whodunnit
18. A Song From Under The Floorboards
19. Telemark
20. Astronomic
21. Go Go Go
22. Once Bitten
23. La La La
24. The Loneliest Time Of Year
Liens
Le microsite de 24 Songs
Le site du groupe
Le groupe sur Facebook
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Matthieu Malon / Le pas de côté
[Monopsone]
Dans le train du matin, on a beau savoir où vont les...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *