Toujours 14 ans avec le Volume Courbe

Le Volume Courbe - Fourteen YearsIl aura fallu plus de quatre années à Charlotte Marionneau pour remettre son Volume Courbe en ordre de marche. En interview, la chanteuse parlait déjà du coup d’après mais elle ne se doutait pas alors de ce qui l’attendait : une tournée internationale à jouer des percussions, des ciseaux et du triangle avec Noel Gallagher puis l’annonce d’une maladie sévère qui l’a tenue éloignée des scènes pendant quelques mois avant de doper son envie de venir à bout d’un nouveau projet.

C’est donc dans ce contexte de retour en forme et de retour aux affaires, inquiet et conquérant, que le Volume Courbe a dévoilé un premier morceau, Fourteen Years, tiré du successeur de I Wish Dee Dee Ramone Was Here With Me. L’album sortira en tant que tel mais sera précédé, sur le modèle de ce qu’avaient fait les Pixies il y a quelques années, par la publication de 3 EPs de 3 ou 4 titres chacun. On sait que Noel Gallagher sera de la partie et que Terry Hall fait aussi partie du casting. Le premier EP comprend au moins quatre morceaux, Fourteen Years, MRI Song, Planet Ping Pong et une reprise de Daniel Johnston Mind Contorted. Ce premier segment est prévu pour le 13 novembre chez Hones Jon’s Records.

La pièce d’une durée de 3 minutes et 32 secondes est remarquable et tout à fait caractéristique de notre “Jane Birkin à l’envers” nationale. La chanteuse française, rappelons le, y cultive sa différence classieuse et mutine en démarrant par une remarque en français enchaînée par un chant enfantin et empli de grâce. Les cordes sont magnifiques : mélange de guitar picking et de sitar (?) aux sonorités orientales et jazzy, la chanson exploite parfaitement la dimension femme-enfant de Charlotte Marionneau, sa sensualité et son côté cabotin. La composition semble comme aléatoire, divagante, soutenue par une mélodie filée discrètement mais qui n’enlève rien à la séduction décontractée du titre.

Fourteen Years est fragile et envoûtante, bringuebalante et superbe. Le titre est un formidable ambassadeur de l’album à venir et du charme si singulier qui émane de son auteur. Charlotte Marionneau n’est pas la plus grande voix du rock mais l’une des plus délicates et précieuses.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

[Instantanés#1] – Quand Hayden voyait les choses Bad As They Seem (1995)

Notre rapport à la musique est fait de fils qui nous relient...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *