Charlotte Marionneau au cœur de la mystérieuse affaire des ciseaux de Noel Gallagher…

Noel Gallagher scissors player BBC YoutubeL’Angleterre est à deux doigts de s’effondrer avec un gouvernement en pelote et une Theresa May en perdition et tout le monde se concentre sur la mystérieuse joueuse de ciseaux qui accompagnait Noel Gallagher sur scène lors de sa prestation du 31 octobre chez Jools Holland sur les ondes de la BBC. L’ancien Oasis, plutôt en forme, y interprétait deux chansons avec ses High Flying Birds dont le beau She Taught Me How To Fly. A l’arrière-plan, très appliquée et impliquée, on retrouvait une plutôt jeune femme, vêtue comme un oiseau de paradis, en train de jouer d’une…. paire de ciseaux, en rythme, comme s’il s’agissait d’ajouter une percussion supplémentaire.

Il n’en fallait pas moins pour que la toile s’enflamme et que comme tout ce qui touche au groupe national n°1, le pays n’en vienne à débattre de l’intérêt (ou pas) des ciseaux dans les groupes de rock. Liam, impayable, et toujours très drôle, ironisait en disant qu’il allait enrôler une tailleuse de crayons pour un prochain concert, et une éplucheuse de pommes de terre (ce qu’il a d’ailleurs fait pour son concert suivant). Après les ciseaux, l’économe donc.

La polémique a tellement pris que le quotidien 20 minutes s’est fendu d’un article sur le sujet, d’abord sans identifier plus que ça l’interprète puis en détaillant un peu plus qui était cette mystérieuse joueuse de ciseaux qui enflammait l’Angleterre.

A SBO, on savait depuis longtemps longtemps que Charlotte Marionneau, chanteuse économe (sans jeu de mots) du Volume Courbe, avec lequel elle a sorti il y a deux ans un très bel album, travaillait avec l’ancien Oasis. Si sa prestation aux ciseaux n’est pas forcément ce qu’elle a réalisé de plus marquant (le mixage ne rend pas justice à l’apport de l’instrument), il s’agit bel et bien d’une artiste à part entière qui ne doit évidemment pas être résumée à ce coup de ciseaux. Compagnon de route du rock british depuis 20 ans maintenant, Charlotte Marionneau a trempé dans un label et collaboré avec une liste de grands noms prestigieux pour lesquels elle a à chaque fois ajouté sa marque discrète et pleine de charme. Ce qu’elle nous expliquait dans une interview accordée lors de la sortie de son album.

Trêve de moquerie donc et place à la culture indépendante. Rendons les ciseaux à qui ils appartiennent et ne présumons pas du ridicule quand il n’y a qu’une volonté ici de sortir l’artiste. Noel Gallagher ne s’y est pas trompé qui a pris à plusieurs reprises ces derniers jours la défense de son bel oiseau et de son jeu de ciseaux. En attendant, l’affaire est bien entendu devenue virale et continue d’alimenter en parodies et en versions « ciselées » de standards l’univers numérique. On conseillera, maintenant que vous savez qui se cache derrière tout cela, d’aller écouter un peu la musique de l’intéressée. Sans couper les cheveux en quatre, elle le mérite.

Photo : capture d’écran BBC2 (Twitter)

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Babybird / Happy Stupid Nothing
[Psycho Mafia Recordings]

Éloigné des sorties labellisées depuis 2011 et son savoureux The Pleasures of...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *