Cerrone livre à Marc Lavoine une Lovebox pas si fraîche

Cerrone - Marc Lavoine - LoveboxLa rencontre des deux noms faisait à la fois peur tout en suscitant un certain intérêt pervers, mais sincère. Celui de voir le télescopage de deux univers : d’un côté, la variété française pépère de Marc Lavoine et de l’autre, le disco rutilant d’un tout autre MarcCerrone. Il y a de véritables réussites – bien qu’en citer de mémoire, là, nous poserait une colle – tout comme d’affreux carambolages. Et là, tout de suite, les mauvais souvenirs refluent plus facilement. On ne sait pourquoi. Peut-être parce que ce Lovebox n’est pas le mets le plus frais. La voix de Lavoine peine à s’agripper au cliquetis disco de Cerrone, comme si sa nature même lui interdisait l’exercice. L’alliage nous fait l’effet d’un marteau-piqueur sur les oreilles. La mixture ne prend absolument pas, et à cela s’ajoutent des paroles d’une béate bêtise telles que « Toi mon amour, toi qui a le cœur lourd, mon amour / Est-ce que tu m’aimes toujours, pour toujours? / Moi je suis fait pour toi, mon amour / Toi mon amour, je ne pense qu’à ça tous les jours / Moi qui ne croit plus guère à l’amour / Moi, je suis fait pour toi mon amour / Comment allez-vous? (x6) » Ce texte suffit à nous achever d’embarras.

L’instrumental de Cerrone n’est pourtant absolument pas honteux – en fait, il est même très bon, notamment par son refrain musical et ses guitares brillant dans le lointain. On devine donc la piste très bonne, dénudée de sa voix. On enrage, car nous souffrons de voir le musicien insuffisamment reconnu – et cela, malgré un certain retour suite à la sortie du Climax (2019) de Gaspar Noé et de sa superbe version (instrumentale, cette fois) de Supernature – pour ce qu’il est, c’est à dire le pape du disco français, le constructeur d’une œuvre vaste, bien plus faste que ce veinard de Patrick Hernandez. Dernièrement, d’ailleurs, nous n’avions pas été très convaincu par A Part of You. La comparaison peut sembler exagérée, mais Cerrone reste notre Giorgio Moroder national, si l’italien n’avait pas composé de bandes-sons.

On espère donc la sortie de l’instrumental, d’autant plus quand on comprend que ce single est en fait… un assemblage fourre-tout de Toi mon amour de Lavoine, un titre datant de 2005, et du plus récent Comment allez-vous ? de 2018, dont il reprend l’antienne. Notons que ce remix / retouche / reprise masquée (notez la ruse commerciale additionnant deux titres pour nous faire passer le morceau comme totalement inédit, moyennant un renommage) n’ira pas jusqu’à raviver nos souvenirs de la version d’Être une femme de Michel Sardou chapeautée par Laurent Wolf en 2010, quoique … un peu, tout de même. Peut-être ceux, un peu plus heureux, de Christophe. On dira pudiquement que Lovebox n’est pas le vitrail le plus propre de l’église, comme dirait l’autre.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Dorian Fernandes
Alan Braxe, Fred Falke & Friends / The Upper Cuts (2023 Edition)
[Smugglers Way]
Dix-huit ans depuis The Upper Cuts et pourtant, c’est une éternité d’insouciance semblant...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *