Fred Perry aime Al’Tarba qui aime le ska qui aime la Oi !

Al'tarba x Aguirre x Prométhée - Frères PerryRetour aux sources punk, ska et oi pour ce nouveau single tonitruant d’Al’Tarba qu’on évoquait récemment en interview. Troisième titre à paraître dans la série Le Cabinet de Curiosités, ces Frères Perry envoient du lourd. Écrit en collaboration avec les amis Aguirre, jeune prodige parisien couvé par I.N.C.H, et Prométhée (qu’on connait moins), le morceau permet à Al’Tarba de chanter et de renouer avec ses racines punk. Avant de se lancer dans le hip-hop et le beatmaking, la légende veut en effet qu’Al’Tarba ait connu une longue phase punk, transmise par ses racines familiales. Cela lui vaut sans doute au sein de la Droogz Brigade d’assurer assez souvent le rôle de rappeur hurleur.

Le morceau brutal rend hommage aux punks d’extrême gauche et en profite pour réclamer la figure des célèbres Frères Perry, dont le plus connu Fred est un champion de tennis célèbre (qui a sa statue à Wimbledon), le propriétaire et l’inspirateur de la fameuse marque de vêtements sportswear qui porte son nom. Perry qui fut aussi champion du monde de ping pong en 1929 avant de devenir l’immense champion de tennis qu’on connaît était une brute au service et en même temps un modèle d’élégance. Ses vêtements lancés à la fin des années 40 sont devenus durant la décennie suivante la marque favorite des jeunes mods (Kinks, etc). L’histoire de la marque est assez passionnante en soi. De groupes de jeunes en groupes de jeunes, la couronne de laurier est devenue une sorte d’emblème associé à des bandes disparates, tout en gardant une place centrale chez les punks de tous bords, skins de gauche puis de (très) à droite. Porter un Fred Perry ne veut pas dire grand chose d’un point de vue politique si ce n’est peut-être qu’on est attaché aux valeurs du peuple et qu’on défend une forme de classe banale et à la portée de tous. Aux States, avec le style Preppy, les Fred Perry ont atteint une cible encore différente. Emblème musical contre leur gré et fétiche musical porté par le gratin de la pop britannique de Blur à Oasis, le polo est un indémodable à la fois chic et signe d’indépendance d’esprit.

On se souvient qu’en 2020, les Proud Boys, un groupe de soutien à Donald Trump très limite limite, avait amené la marque à retirer un modèle précis (noir et jaune) de la vente.

Pas de ça évidemment avec un Al’Tarba canal historique qui s’en donne à coeur joie ici dans un rap incendiaire et qui égratigne les BBrunes et autres rockeurs de pacotille. Le morceau est rentre-dedans et vintage, nostalgique et aviné, dopé aux vitamines et au houblon et s’achève sur un choeur de supporters hooligans fédérateur et chaleureux qu’on n’est pas prêt (malheureusement) de revoir jouer du coude en tribunes.

Rappeur en Fred Perry
Et ouais c’est mon Lacoste à moi
J’aurais d’jà l’foie dans l’froc
Si j’étais pété d’thunes.
J’suis l’fils des BBDOC,
Pas l’cousin des BBrunes.
Ma frère ça va faire mal
Si un d’ces neuski te cogne.
Donc bordel fous pas d’tréma
au putain de “i” de “Oi!” (Oi!)
Ils aiment pas les hippies
et leurs sandales miskine.
Sorti d’pogo j’ai plus d’chicos
et les Sambas qui couinent (couic couic)

Avec ce titre, Al’Tarba donne un petit frère difforme et ultraviolent au magnifique Le Jour, sorti la semaine précédente, et composé avec le beatmaker Mounika. La force de l’un ne doit pas éclipser la beauté de l’autre. Le Jour était rien moins que l’un des plus beaux morceaux pop entendus cette année, un miracle de délicatesse et de tendresse. Comme quoi le grand écart a du bon quand on est habile et qu’on ne se déchire pas les boules.

Lyrics en intégralité
__ AL’TARBA ___

Ma gueule j’te présente l’équipe.
Allez patron, apporte à boire !
Rappeur en Fred Perry
Et ouais c’est mon Lacoste à moi
J’aurais d’jà l’foie dans l’froc
Si j’étais pété d’thunes.
J’suis l’fils des BBDOC,
Pas l’cousin des BBBrunes.
Ma frère ça va faire mal
Si un d’ces neuski te cogne.
Donc bordel fous pas d’tréma
au putain de “i” de “Oi!” (Oi!)
Ils aiment pas les hippies
et leurs sandales miskine.
Sorti d’pogo j’ai plus d’chicos
et les Sambas qui couinent (couic couic)
Cousin rajoute à boire
Téma les rates qui dansent
On fait ça pour la gloire
un peu comme Camera Silens
Danse, skank sur la piste
Bang j’vois tant d’meufs
J’ai pas la tête dans l’cul
Mais j’ai l’spirit of 69 !
Pour les anciens j’suis qu’un gosse,
j’ai rien connu des 80’s,
où valait mieux gérer la boxe
pour porter marque de tennis.
Crâne de fer j’suis moche fils,
gueule d’enfer comme Trotskids.
Croche-patte dans l’mosh pit,
J’suis dans l’front des agnostiques
J’ai toujours rien compris
au bail d’la couleur des lacets,
Tout c’que j’sais, c’est que mon R.A.P
crache sur leur R.A.C

///// Refrain /////

C’est le bal des rimes bre-som
Rappeurs ou keupons
Frères Perry ! Frères Perry !
Neuski, kiff le son !
Loololoo Lolooo Loololoo Lolooo
Frères Perry ! Frères Perry !

____ AGUIRRE ____

Un grand pouvoir implique, un coup de ranjo dans les cuisses
Disciple de l’Oncle Ben, bienvenue dans l’antifascisme. Faciliter la vie tout en restant fashion victime Familier est l’habit, la politique c’est mods et scream
Squatter des rads, s’enquiller des taz
Tatoo raté sous speed c’est des barres
Taper des traces, et claquer des fafs
Prêt à porter, yo tous à vos marques
Des pogos, des potes, des prolos, des pauvres. Des bêtes de décors, pour poser mes fauves Des bedos, du Rock, des crados, des cônes !
À moitié mort je pète le crom’
Oublie pas qu’à la base,
On s’est perdu comme un coup de schlass. Coup de gnoles et des basses
Je tape un slam et j’ouvre le bal
Et j’ai la oi qui se barrent en couilles
Ma culture qui se crache en douilles
Pas la pour plaire à la foule
Je pete ma guitare et tout vos coudes Place aux frères Perry
V’la l’équipe
Tas de débiles
Vrai périple
Frères Perry
Tas de sévices
Bête d’équipe
Vrai périple, Frères Perry, V’la l’équipe, Tas de débiles, Vrai périple, Frères Perry, Tas de sévices, Bête d’équipe, Vrai périple !

____ PROMÉTHÉE ____

Il y a une coupure de courant ça continue en acoustique
Du sang de la bière sur des fils dénudés ça m’excite
Wha c’est un délire ma gueule, un punk à chien se prend un coup de jus
Les feux à main sont sortis avant que les lumières se rallument.
Je sais pas si c’est de la sueur ou de l’alcool sur mon polo rouge et noir
– Bah ouais – lâche le pogo il y a de la bière prix libre au comptoir
On baraude tous fou flou tu ferme les fenêtres on passe en bas
Les baceux font des tours, les baveux ont des doutes. Tous aux abois !
Lacrymo dans les yeux trop souvent ça rend barge
Couronne de laurier, je suis plus beau que toi même en marge
Smile aux chicos éclatées, le Ricard va me terrasser
Si y’a des feufas dans la salle il faut pas les lâcher.
C’est les Frères (Frères !) Perry, sapes anglaises fresh et zermi. Les couleurs sont ternies, la réputation est terrible. On va te défoncer si tu viens chanter pour la nation
Frère lève ton poing en l’air avant la troisième sommation !

Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.
En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Mots-clés de cet article
, , , , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Ça farte avec Captain Rico & The Ghost Band

Ça n’est pas avec ça qu’on va enfin entrer dans le XXIème...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *