Jeff Clark’s fout la frousse quand il se promène la nuit dans la forêt noire et obscure pendant le confinement

Jeff Clark's - Welcome to the nightOn a déjà dit tout le bien qu’on pensait de Jeff Clark’s et de ses sonorités gothiques. On a tous besoin d’un plus petit que The Cure et, à l’échelle française, avec ses lignes de basse irrésistibles et son chant plaintif et mélodique, le groupe de surfeurs sarthois tient la corde. Il n’y a évidemment rien de péjoratif à “avoir des airs de”, quand on taquine d’aussi près et aussi bien la mythologie 80s. A force de ressembler à un mélange de The Sisters of Mercy et de The Mission (avec une pointe de Ride dans le reverb, un Lescop sur la langue et de Christian Death sous les aisselles), le duo allait bien finir par se payer un clip vampire et c’est ce qui se passe avec cette nouvelle version clippée de frais de Welcome The Night, l’un des 4 titres de leur EP, Miserable Star, dont on avait rendu compte au printemps.

On y retrouve les deux membres du groupe pour une balade en forêt qui tourne un peu la tête (on a failli ne pas survivre au tour(niquet) de l’arbre) jusqu’à ce que l’escapade à champignons croise quelques fantômes dignes d’une soirée masquée chez Kubrick ou Patrick Sébastien. Entre la mine sévère des musiciens mal rasés, les mouvements de caméra et le visage inquiétant et bientôt masqué des noceurs, on a le trouillomètre à zéro et surtout les craintes que tout le monde se mette à poil pour une lockdown partouze avec des eurodéputés hongrois. Mais que fait Darmanin ? Heureusement, rien de tel en Sarthe où la morale et François Fillon veillent au grain. Après un rapide contrôle des autorisations, l’honneur est sauf et les visages tombent, mous et flasques comme des membres après l’amour. Dirigé par Yann Ledos, le clip fait son petit effet et fout réellement les foies, accompagnant de sinistre façon un morceau vénéneux et qui compte parmi les plus réussis du duo. On attend l’explication de texte. Comment est-ce possible ?

Le groupe a annoncé sur son facebook que les deux Eps Confused et Miserable Star qu’on trouve toujours sur leur Bandcamp seraient bientôt rassemblés en format digipack chez les connaisseurs Manic Depression Records, le label francilien du gothique et de l’horreur près de chez vous. Franchement, si après ça, vous ne trouvez pas encore que la période est désespérée, on ne peut rien faire pour vous. Fallait pas interdire à ces types de faire du surf en hiver. Brrrrrr.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
L’Orange projette Kool Keith dans le Silver Age
On avait quitté L’Orange en 2016 sur un bel album The Life...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *