Modern English fait l’impasse de 4(AD)

The Modern English -Take Me To The TreesC’est beau le progrès de la science. Et du marketing discographique.

Il y a quelques mois, au creux de l’hiver 2016, on saluait ici le retour en forme de Modern English après un hiatus discographique de trente ans. Oui, trois décennies. Soit plus que la vie entière de Kurt Cobain ou de nombre de pop-stars consumées dans le mal être.

Robbie Grey et ses potes pas très frais mais toujours vaillants (ou du moins pas complètement décatis) signaient un come-back bluffant avec Take Me To The Trees qui repositionnait le groupe de l’Essex aux côtés des toujours pas morts Wire (avec qui les accointances sont très prégnantes sur tout le disque) et autres gloires du passé, tout particulièrement Psychedelic Furs et Joy Division, qui, pour le coup, sentent eux la naphtaline depuis longtemps.

Pour ce disque du retour, le groupe avait fait un sans faute niveau crédibilité : il avait demandé l’aide de Martyn Young (Colourbox, M/A/R/R/S et 150 autres projets depuis les 80’s) derrière la console et, pour le visuel, c’est Vaughan Oliver, le designer en chef du label 4AD de la grande époque, qui s’y est collé, lui qui avait déjà bossé pour le groupe en 1980 (le single Gathering Dust). On reconnait d’ailleurs immédiatement sa patte graphique (ce qui n’empêche pas l’illustration de base d’être particulièrement… moche).

Une histoire de vieux qui font de la musique de vieux.

On imaginait d’ailleurs que, vu le casting et l’histoire du groupe, 4AD accompagnerait évidemment cette résurrection. Mais, faute de crédibilité ou de la bienveillance de ses partenaires d’autrefois, Modern English avait du avoir recourir à une technique 2.0 pour produire l’un de leurs (leur ?) meilleurs albums avec une campagne de financement via Pledgemusic. Grâce aux souscripteurs, leur huitième album a ainsi pu être édité une première fois, cependant avec une diffusion très confidentielle.

Mais avec l’annonce de quelques dates de concerts et l’accueil positif de gros festivals, ainsi que le placement de leur tube I Melt With You dans la bande originale d’une série à succès (Stranger Things), Modern English parait quelques mois plus tard de nouveau un peu plus « bankable ». Leur côte d’amour chez les nostalgiques a été suffisamment revue à la hausse pour que l’album soit enfin édité le 24 février prochain en CD et en LP pour tout un chacun avec l’aide de la structure américaine InKind Music qui accompagne aussi d’autres artistes comme Joan As Police ou les prometteurs Chain Wallet.

Pour le coup, on imagine l’esprit revanchard du groupe et les propos de You’re Corrupt, qui ouvre l’album, prennent une autre résonance.

Tracklist
01. You’re corrupt
02. Trees
03. Moonbeam
04.Something’s going on
05. Dark Cloud
06. Sweet revenge
07. I Feel Small
08. Come Out of Your Hole
09. Flood of Light
10. It don’t seem right
Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Epic45 / Sun Memory
[Wayside & Woodland Recording]

Rob Glover et Ben Holton sont des amis d’enfance : ils ont...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *