Roulette Memory #45 : Morrissey / Live in New York 2017

Morrissey - New York 2017On a déjà dit tout le bien qu’on pensait des CDs pirates, survivance d’un temps que les plus jeunes n’ont pas connu où la captation (souvent hésitante) d’un concert de votre artiste préféré s’échangeait à prix d’or et vous offrait un plaisir qui n’a plus d’équivalent de nos jours. Quelques personnes produisent encore ce genre de choses et d’autres personnes, encore plus étranges, les gravent, les achètent et les collectionnent, alors que le savoir-faire se limite souvent à l’impression (dégueulasse) d’une pochette couleur… Le 28 août, Morrissey ouvrira, contre vents et marées, sa résidence tant attendue au Colosseum du Caesar Palace de Las Vegas, pour cinq dates qui s’annoncent formidables pour de multiples raisons. La première c’est que Morrissey, comme d’autres, fait sa rentrée et n’a pas eu l’occasion de donner de concerts depuis un bail. Toutes ses dates (y compris celle prévue à la Salle Pleyel à Paris) ont été annulées. La deuxième c’est que l’ancien chanteur de The Smiths a été versé sur un liste controversée des personnalités anti-vaccs établie par les autorités et dont il fallait canaliser la parole. Cette liste (dont l’authenticité et la finalité ne sont pas prouvées) a sans doute énervé le chanteur et devrait valoir en marge du spectacle quelques commentaires fendards. Enfin, et surtout, après avoir annoncé qu’il avait un album dans sa besace prêt à sortir (Bonfire of Teenagers), tout le monde s’attend à ce que le chanteur (qui a réintégré à sa bande le guitariste Alain Whyte, compositeur émérite de plusieurs de ses meilleurs titres en solo et avec lequel il avait pris ses distances) joue sur scène un ou plusieurs de ses nouveaux morceaux.

En attendant, et parce que c’est de cela dont on parle, il faut réécouter absolument ce pirate capté le 2 décembre 2017 au Madison Square Garden de New York (là encore, à l’occasion d’une résidence de plusieurs dates) pour se convaincre que Morrissey est sur scène à son meilleur. Ce concert est formidable de bout en bout que l’Anglais interprète ses chansons récentes (I Wish You Lonely absolument fantastique en plage 2, Spent the Day in Bed ou l’immense Home Is A Question Mark indépassable après 1H15 de concert) ou des titres iconiques (I Started Something I Couldnt Finish, Everyday Is Like Sunday) venu de ses trente dernières années d’activité. Ce disque double reprend l’intégralité du concert et est l’un des meilleurs sets live qu’on a pu entendre ces dernières années avec notamment la version incroyable de Speedway avec le dernier couplet en espagnol par Jesse Tobias, ou des livraisons remarquables de morceaux tels que Munich Air Disaster 1958 ou Hold On To Your Friends. C’est pour dire : on s’est même surpris à trouver The Bullfighter Dies écoutable. Il y a une énergie, une rage et évidemment une excellence vocale à l’oeuvre ici qui rendent ces 1H30 et quelques incroyables à écouter et réécouter. Ce gars-là est (avec les sportifs de haut niveau et quelques autres) ce qui s’approche le plus d’une divinité moderne, quand bien même sa parole est devenue avec le temps essentiellement conservatrice (réactionnaire, diront les uns).

Comme de toute façon les pirates ne valent plus rien, on vous a mis en lien le YouTube correspondant qui reprend l’intégralité du set avec une bonne qualité sonore et un nombre de vues assez sidérant compte tenu de la qualité de tout ça.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
Sophia réédite les classiques
Un post sur facebook, plus tôt dans la semaine, de Robin Proper...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *