La réunification des Libertines profite à Pete Doherty

screenshot Pete DohertyPete Doherty est moins marrant aujourd’hui qu’hier, même si, comme beaucoup, on aime à le voir souriant, épanoui et (visiblement) en meilleure santé que par le passé. Le leader des Libertines et de feu-Babyshambles profite de l’été pour faire la tournée des cafés-concerts, et se rappelle au bon souvenir de ses fans, qui avaient pris la mesure de son appétit de musique (et de pizzas) en découvrant son nouveau physique dans la presse people il y a quelques mois.

C’est un Doherty gaillard, arrondi du haut comme du bas, mais toujours aussi décontracté du chant et de la coupe du cheveu qui vient d’aligner en quelques semaines un set solo aux côtés de son ancien compère Patrick Walden, guitariste émérite des Babyshambles dont on avait perdu la trace (ce n’est pas un jeu de mots relatif à sa consommation de drogue) depuis quelques années. Les deux hommes se sont donnés en concert récemment pour (ici en vidéo) une interprétation quelque peu chaotique d’Albion et Fuck Forever. De quoi alimenter le bruit d’une reformation des Babyshambles même si Drew Mc Connell, le bassiste, semble toujours embarqué dans le groupe de scène de Liam Gallagher.

Encore plus récemment, et dans une relative discrétion, les Libertines avec au chant Carl Barat et Doherty donc, ont eu l’occasion de se produire sur scène pour un concert du retour. Les deux hommes ont paru enjoués, même si on a connu des versions du cultissime Can’t Stand Me Now plus énergiques et enflammées. Les autres vidéos disponibles présentent un groupe plus appliqué que fougueux. Est-ce une impression laissée par le physique à la Jack Black du chanteur jadis le plus sexy d’Angleterre ou est-ce que les Libertines, qui ont passé la quarantaine, ont juste perdu le rythme et le sang de la jeunesse? L’avenir le dira. Toujours est-il que Doherty va bien, merci pour lui.

Photos : source cablechronicles.com

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
Franklin joue avec l’électricité mystique
C’était l’un des titres les plus planants et remarquables de son album...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *