[Tube du mois] – Far Away et le soutien aux forces (Bleu Russe)

Bleu Russe - La dolce vitaIl a peut-être pris un peu de ventre depuis sa dernière sortie sous le patronyme de Bleu Russe mais David Livaticki qu’on avait laissé il y a quelques mois à peine sur l’excellent dernier album de Churros Batiment est toujours aussi balèze quand il s’agit de lever des mélodies et des chansons de génie. Preuve en est la dernière livraison de l’homme-groupe, Far Away, portée par un EP à trois titres sorti ces jours-ci et qu’il a nommé La Dolce Vita (du nom du titre n°2).

Far Away est un petit bijou d’un peu moins de quatre minutes qui concentre tout ce qu’on aime chez le bonhomme : poésie en équilibre, paroles ultra-sensibles mêlant regard vers l’absolu et images terre à terre sur accompagnement acoustique minimaliste. L’ensemble est bouleversant, magique entre formules irrésistibles (« Je roule phares éteints… Far away… En fa mineur sur un nénufar…. La dolce vita en noir… […] À l’abri des regards des renards… Je m’enferme dans une barquette en plastique puis je m’enfourne ») et je-m’en-foutisme lâche. On décolle et on plane dans un univers ultra(sur)réaliste, soyeux et confortable comme la banquette arrière d’une Austin.

Livaticki partage les crédits composition avec Daniel Bartoletti qu’on avait déjà croisé sur les disques du Grenoblois (le morceau Footing dans le bois, sur Missives d’amour). P.S.A, le deuxième morceau, est plus rude et âpre, tandis que l’électro-trash de Ah Bon ? vient évidemment contredire le titre du EP. Non, il n’y a rien d’une Dolce Vita là-dedans, plutôt l’expression d’une colère qui transpire et déborde tellement du cadre qu’elle se transforme en plaisir pur. « Trouve et Détruis… », c’est désormais la devise de ces néo-punks de la variété française. On attend la suite avec une certaine impatience et d’où qu’elle vienne. Le EP se récompense sur Bandcamp.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Babybird / I Was Born A Baby Original lo-fi recordings (1990-1995)
[Autoproduit]
A force de fouiller dans ses vieux dossiers, Stephen Jones a fini...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.