Un peu de changement, quand même, chez Manson’s Child

Manson's Child - Fast ClubOn était tout content il y a quelques semaines, en vous présentant l’entêtant Love In Tears, le premier extrait du nouveau disque des alsaciens de Manson’s Child, d’annoncer avec espoir le successeur en tant qu’album du très bon Summer, 9 ans déjà. Las, le nouveau disque ne prend finalement que la forme d’un EP 5 titres, Fast Club, dont il faudra se contenter. C’est d’autant plus dommage que selon le vieil adage, le quartet de Colmar n’en finit plus de se bonifier avec le temps en assumant crânement une cinquantaine revigorée. Mieux, alors qu’ils ont souvent été catalogués dans le rayon des fans invétérés de Stereolab, non sans raison d’ailleurs, Manson’s Child s’applique dorénavant à mieux brouiller les pistes et à laisser aller des envies bien plus conformes à une variété de goûts dont Mathieu Marmillot, fringuant activiste à la tête du projet ne cesse à travers ses écrits chez nos excellents confrères de Benzine ou dans ses propres fanzines Parklife, comme le nom de son label, de nous faire part.

Fast Club s’éloigne donc ostensiblement de l’ADN stereolabien pour mieux explorer, jusque dans la pose de groupe sur la pochette, des espaces un peu inédits, autour d’un post-punk modernisé à la sauce new-yorkaise d’Interpol ou des circonvolutions quasiment dance rappelant que la bande est aussi très fan de la Factory mancunienne. Sur l’impeccable Rien Ne Change, ils s’essayent même à un français non pas inédit mais plutôt rare et cette fois pleinement convainquant. C’est tout au long des cinq titres que le groupe joue dans une dynamique particulièrement efficace, la voix est dense et chaude, malgré parfois une petite french touch qui fait aussi le charme du genre et la production d’ensemble est des plus réussies.

De quoi donc accentuer la déception de ne pas profiter d’une production plus longue et en même temps, combien d’albums moyens sont en réalité remplis de titres bouche-trous dont on ne comprend pas toujours la nécessité ? Manson’s Child fait donc le choix de faire plus court, ramassé mais complétement convainquant. A bien y réfléchir, ce choix est assurément le plus pertinent.

Tracklist
01. Love In Tears
02. How Does It Feel
03. East Block
04. Rien Ne Change
05. Paula’s Body
Liens
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, ,
Ecrit par
More from Olivier
Quand Frànçois Atlas et Lysistrata se réveillent heureux
Sur le papier, la rencontre musicale entre les math-rockers énervés de Lysistrata...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *