Vanishing Twin / Choose Your Own Adventure
[Soundway Records / K&B Music Services]

8 Note de l'auteur
8

Vanishing Twin - Choose Your Own AdventureUn groupe qui ouvre son premier album par un morceau mutant de plus de huit minutes ne peut qu’attirer notre sympathie. A fortiori lorsque cette composition résonne comme un manifeste posant les bases du projet Vanishing Twin, quintet emmené par Cathy Lucas. La demoiselle qui aime bien se déguiser avec ses amis est créditée sur certains albums de Fanfarlo, Darren Haymen (ex-Hefner) ou encore The Horrors. Elle incarne l’âme et la voix de ce collectif hétérogène et international, qui regroupe un vidéaste joueur de flûte et de percussions (!), une batteuse croisée chez Neon Neon, un bassiste japonais (alias Zongamin, auteur de plusieurs albums et d’une pelletée de remixes) et Phil MFU (Man From Uranus) dont le rôle consiste à faire des… « sons bizarres ». Avec un équipage présentant un tel pédigrée, la musique de Vanishing Twin est forcément bigarré, audacieuse et inventive.

Ainsi dès l’ouverture de Choose Your Own Adventure qui parait pour le compte de Soundway Records (label spécialisé dans les rééditions afro-funk-jazz), le prophétique Vanishing Twin Syndrome expose, en un seul et même mouvement, les deux versants du groupe. Du côté adret, une pop ensoleillée et radieuse, mélangeant des circonvolutions psychédéliques à une vélocité krautrock sur lequel flotte le chant doux, mais ponctuellement puissamment lyrique, de Cathy Lucas comme le faisait si bien Broadcast sur son chef d’œuvre The Noise Made By People (Warp – 2000) ou Stereolab tout au long de sa discographie. Du côté ubac, Vanishing Twin s’enfonce dans des marigots instrumentaux qui laissent une large part à l’expérimentation, à l’improvisation et au brassage des genres, entre bande-son pour freak-movies et musiques traditionnelles. Le résultat est à la fois pétri de mille-et-une références et complètement débridé. Comme si The Velvet Underground sous drogues dures (dans son état normal quoi) tapait le bœuf avec Dead Can Dance accompagné de choristes sixties sexy. Mais malgré cette liberté formelle débridée, la grande richesse de l’instrumentation et la production patinée, les mélodies sont lumineuses. Parfois mystique (Eggs, toxique et intoxiqué), parfois irrésistiblement insouciante (la flûte façon The High Llamas et la mélodie ascensionnelle de The Conversation Of Energy) ou énigmatique (le chant éthéré, les pouêt-pouêts analogiques et les cliquetis qui parsèment Truth Is Boring), l’ambiance peut basculer d’un moment à l’autre, au cœur d’un même morceau. L’écoute de Choose Your Own Adventure donne ainsi une sensation d’instabilité dans la luxuriance, d’inattendu dans le confort de la maîtrise. Cela devrait préserver ce disque long en bouche de l’usure du temps.

Tracklist
01. Vanishing Twin Syndrome
02. Telescope
03. Floating Heart
04. Eggs
05. Under The Water
06. The Conservation Of Energy
07. Choose Your Own Adventure
08. Truth Is Boring
09. (Bonus) It Sends My Heart Into A Spin
Écouter Vanishing Twin - Choose Your Own Adventure

Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Olden Yolk abandonne le port du Quilt pour enfiler une salopette bavaroise

Souvent Trouble In Mind a eu le nez creux pour dégotter de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *