La Vilerie / Incontinence Verbale
[Vilmuzik Records]

7.6 Note de l'auteur
7.6

La Vilerie - Incontinence verbaleOn attendait avec une certaine impatience le successeur du Bon A Rien de la Vilerie, qu’on avait pas mal écouté l’an passé à la suite de son Mauvais Goût. On avait espéré à l’époque que le beatmaker nous livre un jour un album cohérent, massif et tenu de bout en bout, plutôt que des états intermédiaires certes divertissants et globalement brillants entre disque à l’ancienne et mixtape. Ce ne sera pas encore pour ce coup-ci puisque Incontinence Verbale se présente presque exactement avec les mêmes caractéristiques, points forts et faiblesses que son prédécesseur : un magnifique bordel désorganisé et inégal, irrévérencieux et foutraque sous la forme d’un 19 plages (bon sang!), aussi percutant que dévastateur.

Au casting, puisque c’est le nerf de la guerre, on découvre avec le disque une bonne dizaine de types dont on avait jamais entendu parler et autour de La Vilerie quelques familiers comme Sad Vicious, Evil Venom, Stick ou I.N.C.H. Il n’y a pas chez La Vilerie de hiérarchies et de chouchous du patron. Tout le monde est traité pareil et servi par un beat de luxe sur lequel poser et faire le show. Car ce qui saute aux oreilles ici, c’est la virtuosité et l’aisance de l’hôte des lieux. On peut préférer tel ou tel rappeur (on y reviendra) mais les contributions de La Vilerie mettent tout le monde d’accord : en boom bap, en douceur ou old school, en mode ethnique ou plus technique, on assiste à un vrai festival de créativité et de sons qui met « le porteur de projet » à la hauteur de ses promesses précédentes. Incontinence Verbale est un plaisir pour les amateurs de hip-hop et de rap qu’on soit face à un son basique et métallique (Réservoir Dog) ou à quelque chose de plus américain dans l’âme (Super vilain) ou encore quasi space rap (Navigator). La tonalité d’ensemble est dark avec des rythmiques marquées et l’addition de sons synthétiques qui donnent à l’ensemble de faux airs avec les compos du RZA et de l’esprit Wu. Cela n’empêche pas la Vilerie de travailler dans des orientations différentes et plus mélodiques comme sur Regarde de l’avant, superbement servi par un Dhab King qui nous fait toujours un peu penser par la chaleur de son flow à Oxmo Puccino.

Dans ce déluge de bons mots, de punch lines et de récits, on distinguera les belles pièces livrées par Sad Vicious, Stick ou Bonkar Jones, tandis que Un Temps pour tout part brillamment dans tous les sens. Le disque constitue en tant que tel un foisonnement plutôt passionnant, un beau bordel riche et savoureux où chacun trouvera aisément son compte. Peu importe si ça déborde sur les côtés et s’il y a quelques séquences qui touchent moins. Comme à chaque livraison, c’est le trop-plein qui ravit et trompe le pas assez. Cette Incontinence Verbale ne tient pas en place dans sa couche et exhale un beau fumet giboyeux dont on raffole.

Tracklist
01. La vilerie – Guntro
02. La vilerie et Ron Brice – Vendal
03. Saf Noruff – Réservoir Dog
04. La Vilerie & Fresh Out Da Box – Free Agents
05. La Vilerie & Black Ambaz – Brutal
06. La Vilerie & Evil Venom – Propos Acerbes
07. La Vilerie & Dhab King – Regarde de l’avant
08. La Vilerie & NM Scratcherz – Interlude
09. La Vilerie & Ockney – Navigator
10. La Vilerie & Eech – Super Vilain
11. La Vilerie & Sad Vicious – André Roussimoff
12. La Vilerie & Bonkar Jones – 4ème Dan
13. La Vilerie, Templar, Fik’s Niavo, Gyver Hypman – Un temps pour tout
14. La Vilerie & Kaiman Lanimal, Sitou Koudadjé, Mod Effok – Lyrical Bukkake
15. La Vilerie & I.N.C.H – Grisbi
16. La Vilerie & Trinita – Coureur de Lame
17. La Vilerie & Kaf Nocif – Oppression Verbale
18. La Vilerie & Stick – R.I.P
19. Fulltro
Liens

Lire aussi :
La Vilerie / Ugly Monsters [Vilmuzik Records]

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, , , ,
More from Benjamin Berton
Chanson Culte #63 (on déconne) – Free Annie Cordy : Cho Ka Ka O et le devoir de mémoire (1985)
Toujours revenir au texte original pour apprécier la portée de la polémique...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *