Mazoha / Βεντάλιες και Σιδερογροθιές
[Inner Ear Records]

7.8 Note de l'auteur
7.8

Mazoha - Βεντάλιες και ΣιδερογροθιέςAprès un album l’an passé, ΠΡΤΘΛΤΣ, Jimmy Polioudis qu’on suit plus attentivement encore sous son pseudonyme et groupe anglophone Vagina Lips, revient en mode acoustique avec sa franchise grecque Mazoha. Au menu cette fois, cinq titres et une édition en cassette chez Inner Ear Records qui reprend des morceaux composés, une fois encore à l’isolement, en quelques jours seulement en octobre 2021.

Le disque est engagé, politique et sentimental. Son titre original Fans and Iron Fists (fans/éventails et Poings d’acier) renvoie directement à toute l’expérience vécue par le compositeur de Thessalonique ces deux dernières années. Entre les confinements, le monde réduit à l’horizon d’une chambre, la répression et la privation de libertés, Polioudis décrit des scènes surréalistes où des crocodiles se baladent dans les rues désertes. Le EP comprend (Polioudis est le roi du genre) une reprise du standard de Sofia Vossou, Anixi (le printemps) avec laquelle la chanteuse avait défendu les couleurs de la Grèce il y a plus de 30 ans au concours de l’Eurovision. Pour le reste, c’est (on croit sur parole l’argumentaire du label), une ode au courage, à la résistance des hommes et à cette résilience qui permet au peuple grec (et aux hommes en général) de surmonter les épreuves et de continuer à vivre.

Pour composer ce mini album, Mazoha a recours à un instrument traditionnel grec, le baglamadaki (une sorte de bouzouki), et au mélodica, autre instrument un peu négligé et rétro qui ressemble à un clavier accordéon. Avec sa guitare acoustique bien sûr et son chant en grec, Mazoha réussit à imposer la qualité de ses compositions et un charme pastoral, mélancolique et habité, à ces quelques morceaux. L’ensemble est troublant, étranger mais aussi contemporain et animé par une énergie unplugged qui nous ramène à ses sets acoustiques qui faisaient l’ordinaire des stars des années 90 et 2000 voulant mettre en avant la qualité de leurs morceaux.

Le premier morceau, Το Τελευταίο Βράδυ Της Γης, est particulièrement élégant et sonne comme un morceau exotique et oublié de The Cure transposé dans le Péloponnèse. Le son du baglamadaki accompagne la plainte et la nostalgie. Φρίκες signifie tout simplement Horreurs et rappelle, par le jeu de guitares, le morceau composé pour soutenir les sinistrés d’Eubée à l’été 2021. Le phrasé est vif, presque slammé et le motif de guitare répétitif crée un effet hypnotique qui génère une tension et une nervosité au titre. Mais notre préféré est sans conteste la plage 4, Γενέθλια (l’anniversaire), par l’émotion qu’il véhicule, son intensité et la qualité du chant.

On ne va pas faire semblant et s’enthousiasmer outre mesure pour une musique dont on ne comprend pas le traitre mot mais il y a, comme dans la musique de Утро, le groupe « en russe » de Motorama, une poésie, un charme et un sensation de bizarrerie qui se dégagent de cette musique qui exercent sur nous une séduction irrationnelle et irrésistible. Ce disque n’est sans doute pas « grand chose » à notre échelle mais il procure un sentiment d’évasion, de réconfort voire de consolation, qu’il faut apprécier à sa juste valeur dans l’hiver qu’on traverse. En grec, en anglais ou en chinois, Jimmy Polioudis produit de l’émotion et de la grâce. On a hâte de le retrouver en 2022.

Tracklist
01. Το Τελευταίο Βράδυ Της Γης
02. Άνοιξη
03. Φρίκες
04. Γενέθλια
05. Κάπου Στη Μέση Του Πουθενά
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Karl Kave & Durian / Total Liquidation
[Choléra Cosmique]
Le duo suisse Karl Kave & Durian revient aux affaires après son...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *