U2 et Noel Gallagher reforment les Beatles

U2 et Noel Gallagher reforment les BeatlesOn écrit ça pour s’amuser mais la rencontre est suffisamment prestigieuse et rare pour qu’on s’en fasse l’écho. Lors du concert donné par U2 hier à l’O2 Arena de Londres, Bono a reçu, en fin de set, la visite d’un ami de prestige en la personne de Noel Gallagher. Introduit par ces mots, « I’d like to bring out one of my heroes, one of the band’s heroes, to help us out with this next song. Will you welcome to the stage the High Flying Bird himself Noel Gallagher », la moitié à guitare de Oasis s’est associée l’espace de 6 minutes au groupe de rock le plus célèbre du monde (après Johnny Hallyday et son orchestre, bien sûr) pour interpréter le classique I Still Haven’t Found What I’m Looking For (nous non plus) et l’indémodable (et un peu gnangnan à la longue) All You Need Is Love des Beatles. Facile direz-vous ? Bah, pas tant que ça. Bono et Gallagher se connaissent depuis longtemps mais n’ont pas eu si souvent l’occasion de chanter ensemble.

Leur relation avait fait l’objet de dizaines de papiers au mois de mars, lorsque Gallagher avait publiquement confessé que Bono et lui entretenaient depuis de nombreuses années maintenant une bromance (soit une idylle fraternelle) et qu’ils adoraient particulièrement se bourrer la gueule ensemble. Bono, selon Gallagher, tiendrait bien l’alcool. Le couple Gallagher aurait ainsi passé une semaine estivale chez Bono dans le Sud de la France entre sorties au casino, rounds de tequila frappée à 4000 euros et soirées au torride Macumba local entre amis. On s’amuse comme on peut entre deux mégatournées.

Pour être complet, notons que U2 poursuit sa tournée Innocence + Experience, à coups de show de 2H30, riches en harangues politiques sur la crise des migrants et la guerre en Syrie. Rien de bien neuf sous le soleil irlandais donc, mais comme souvent une belle intensité sur scène, nappée dans un professionnalisme exemplaire (et un brin castrateur), qui permet au groupe légendaire d’articuler farpaitement son best of et ses produits récents. En attendant mieux, c’est déjà beaucoup.

Mots-clés de cet article
, , , , , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Daisy Mortem planque l’arête sous le carnage

De retour en France le 14 novembre à Montpellier, pour un tour...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *