« Je suis vieux, je suis mort, je suis jeune ! », le cri du cœur de Broken Social Scene

Broken Social Scene - B-sides & RaritiesCinq ans déjà depuis la sortie de Hug Of Thunder, le dernier album en date du collectif canadien Broken Social Scene. Rien d’inquiétant, le délai est habituel depuis quelques albums d’autant que le groupe se plait à nous gratifier de quelques sorties intermédiaires histoire de passer le temps. On pense bien sûr au très bon double EP Let’s Try The After de 2019 ou à l’impeccable Live At Third Man Records en 2020.

Old Dead Young, B-sides & Rarities qui sort en digital en ce début d’année et en LP et CD au printemps sur le label canadien Arts & Crafts est une de ces compilations essentielles qui nous renvoie autant aux débuts artisanaux d’un groupe initialement composé du duo Kevin Drew et Brendan Canning qu’à son évolution polymorphe sous forme d’un collectif absolument excitant, sur scène comme sur disque. Comme son nom l’indique, la compilation couvre 20 ans de faces B de singles désormais introuvables et de raretés extraites d’EP promotionnels, de compilations, de bandes originales et même de fonds de tiroir. Si le disque est loin d’être une présentation exhaustive des inédits et raretés du groupe (il faudrait un coffret entier), c’est que Broken Social Scene tenait à rendre une copie éclectique mais qui demeure cohérente, méticuleusement pensée pour conserver la puissance des disques du groupe, avec des hauts euphoriques, électriques et puissants et des bas plus méditatifs et intimistes.

L’exercice n’est jamais simple : il n’échappe à personne que ces morceaux, s’ils se retrouvent ici aujourd’hui, comme jadis ils furent disséminés à droite à gauche ou planqués en face B, c’est parce qu’à un moment en tout cas, le groupe ne les a pas retenus. Ceci étant posé, on peut toutefois considérer que 1) les membres du groupe eux-mêmes ont le droit de changer d’avis et que 2) l’auditeur restera quoiqu’il en soit maitre de ses goûts et en droit de considérer qu’il était temps que certains de ces morceaux soient reconnus à leur juste valeur. On citera par exemple le magnifique This House Is On Fire tout en retenue sur lequel la voix de Kevin Drew est juste de toute beauté, le très étonnant mashup Stars & Spit, rencontre sur le fil entre deux titres emblématiques du groupe, Stars & Sons et Lover’s Spit ou encore le final et furieux Old Dead Young qui donne son nom au disque, un de ces hymnes tubesques dont le groupe a le secret.

I’m old, I’m dead, I’m young !

y chante non sans provocation un Kevin Drew déchainé. Comme le témoin de ce qu’est devenu le groupe, des vétérans du rock indépendant dont la capacité infinie de se renouveler au fil des disques leur permet de se maintenir dans un paysage musical en constante évolution. Et de rajeunir.

Tracklist
01. Far Out (2009, From the Forgiveness Rock Record pre-order EP Lo-Fi For The Dividing Nights)
02. Do the 95 (2001, B-Side to Stars and Sons 7″)
03. Curse Your Fail (2009, From 7″ tour split with the Sea and Cake)
04. Not At My Best (2010, From the end credits for film It’s Kind Of A Funny Story)
05. National Anthem of Nowhere (2004, early Broken Social Scene version of an Apostle Of Hustle song)
06. Golden Facelift (2009, Forgiveness Rock Record outtake. Released on Globe & Mail’s Broadsheet Music project)
07. This House Is On Fire (2009, Forgiveness Rock Record outtake)
08. Canada vs America (2004, From the self-titled bonus CD EP to be You and Me)
09. Day Of The Kid (2005, Released on Arts & Crafts 10th anniversary compilation)
10. Stars and Spit (2006, B-Side to 7/4 Shoreline 7″)
11. Until It’s Dead (2006, From Lake Ontario Waterkeeper compilation At The Barricades: Vol 1)
12. All My Friends (2004, From the self-titled bonus CD EP to be You and Me)
13. Death Cock (2001, Very first recording with producer Dave Newfeld. Released on Arts & Crafts 10th anniversary compilation)
14. Old Dead Young (2016, Hug Of Thunder vinyl-only track)
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrit par
More from Olivier
Festin / Certains Pourraient Disparaitre
[Offoron Records]
Un an à peine après la sortie de son premier album Le...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *