La Luz est de retour avec un nouvel univers et de nouvelles musiciennes…

La Luz - News of the universeC’est le grand chambardement dans les rangs de nos chouchous surf rock de La Luz. Après l’excellent La Luz en 2021, on se demandait dans quelle direction la chanteuse et compositrice Shana Cleveland allait emmener les filles. Aux prises avec un cancer agressif dont elle semble aujourd’hui tirée d’affaire, la jeune femme en avait profité pour s’offrir une deuxième escapade solo à travers le remarquable Manzanita (2023), disque quasi mystique qui mêlait rapport à la maladie, aux éléments et au désert. Alice Sandahl, sa comparse, avait elle aussi signé un album en dehors du groupe. On se doutait que ces bouleversements personnels allaient avoir des conséquences sur le groupe, ce que viennent confirmer les annonces récentes.

La Luz sortira un nouveau disque en mai (le 24), sur un nouveau label, Sub Pop (et non plus Hardly Art). Ce disque News of The Universe s’accompagne pour l’heure de deux singles déjà mis en ligne et qui ne révèlent pas un changement radical sur le plan musical. Strange World fait partie des chansons les plus pop (c’est-à-dire les moins surf rock) du groupe. On y retrouve le goût des mélodies et les rythmiques rétro caractéristiques du groupe. Poppies invite à la rêverie et à la divagation. Le disque aurait été inspiré à Cleveland par la lecture des œuvres de l’écrivaine Octavia E. Butler à qui l’on doit notamment Liens de Sang, roman adapté en série par Darren Aronofsky. La tonalité de ces nouvelles chansons est un poil plus sombre, marquée par les épreuves personnelles traversées par Cleveland mais aussi les menaces qui pèsent sur notre monde. Le tout est traversé par une ambition psychédélique et fantastique qui vient insuffler à l’ensemble une sorte de spiritualité hippie chic, planante et pleine d’élégance. Les forces sombres sont battues en brèche par l’amitié, l’aspiration à la paix, la sororité et une forme de foi panthéiste qui s’exprime dans l’abstraction et la contemplation des choses du monde. La peur et l’espoir sont indissociables et rythment chaque titre.

Le disque est empreint d’une tristesse fantomatique qu’on retrouvait déjà sur le disque solo d’une Cleveland plus que jamais aux manettes. Ce LP qui sortira donc d’ici quelques semaines est aussi le dernier sur lequel on retrouvera les deux membres originelles de La Luz que sont la bassiste Lena Simon et la claviériste Alice Sandahl, les deux femmes ayant décidé de passer la main et de quitter l’aventure. Une nouvelle batteur fait aussi son aspiration en la personne d’Audrey Johnson. Grand remembrement donc pour ce groupe qui affichait jusqu’ici une force sororale et une vraie continuité d’intention. Le groupe new look accompagnera son disque en tournée dès mai avec un passage prévu à Paris, au Point Ephémère, le 5 septembre.

Lire aussi :
Stabat Mater Fabulosa : Shana Cleveland et les gentils fantômes
La Luz / Floating Features
La Luz / Weirdo Shrine

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Marble Sounds est (tout et) partout
Le groupe Marble Sounds qui a signé avec Tautou, l’un des albums...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *