Teenage Bed, la reddition sans violence

Teenage Bed - La violenceQuand il ne reste plus grand-chose pour se différencier des autres, on peut toujours compter sur la voix pour sortir du lot et incarner par le seul timbre un univers qui va, de fait, s’avérer unique et forcément se distinguer des autres. Problème, à sortir des canons auxquels nos oreilles sont généralement habituées comporte un risque, celui de passer complétement à côté à cause justement de ce surcroît de personnalité clivante. Heureusement, il ne faut pas plus de 2 écoutes de La Violence, la première un peu déroutante, la seconde complétement convaincante pour tomber sous le charme de la voix de Nathan Leproust, lorientais expatrié du côté du Mans, plus connu sous le nom de Teenage Bed. Second extrait de son premier véritable album Grand Val qui sortira au printemps prochain sur le label nantais Pale Figure, le morceau nous entraine dans un univers francophone non pas inédit, mais encore rare pour ce musicien proche de la scène lo fi américaine. Si son discret début de discographie entrouvrait déjà la porte à l’écriture en français, on se souvient surtout de sa participation au premier volume des Mega Compil Des Tubes De Darons de son label sur lequel il s’attaquait avec courage à une pointure comme Francis Cabrel sur un Hors Saison plutôt réussi.

La Violence, moins lo-fi et joliment arrondie, est un de ces morceaux qui reviennent rapidement vous hanter. La façon dont cette voix si particulière, boudeuse, désabusée, porte le texte avec une belle complicité en dit long sur la capacité de Teenage Bed à plonger l’auditeur dans son univers. Ne reniant pas son approche folk qui tapisse le fond du morceau, il le transforme par quelques artifices comme la guitare de Mickaël « Mickoune » Olivette, l’un des deux punks de Gwendoline mais surtout responsable du premier superbe album de Tropique Noir. Petit à petit, le cocon lo-fi fait sa mue, sort de sa chambre pour devenir une belle chanson gracieuse qui prend son envol dans une montée en tension courte et maitrisée, sans superflu, de toute beauté.

Le clip, maison comme il se doit, est réalisé par Nathan Leproust en personne aidé par Elena Galeeva et Rym Esseghaier, entre déprime confinée et couleurs artificielles, comme une allégorie de la violence des maux qui nous rongent.

Grand Val sortira le 7 avril 2023 sur Pale Figure Records

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, , ,
Ecrit par
More from Olivier
Bantam Lyons / Mardell
[Music From The Masses – Gezellig Records / [PIAS]]
La question du succès, sans être obsédante, revient régulièrement comme l’indicateur de...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *