Singles de l’été (4) : Tensnake se défeuille en secret

Tensnake - Keep It SecretMarre du rock déprimant. Marre de la pop qui nous prend le chou. Marre tout simplement des mots, de lire, d’écouter. Nous, on veut glisser sur la vie comme un toboggan, les bras levés et les fossettes apparentes. Bonne nouvelle : l’hambourgeois Tensnake vient de sortir un nouveau single, Keep It Secret. Belle nouvelle : il amplifie l’attente autour de son nouvel album, Stimulate, sorti le 23 juin 2023. On attache la ceinture, débranche le cerveau : c’est parti.

Cela fait plus d’une quinzaine d’années qu’on suit pieusement l’itinéraire musical de Tensnake, Marco Niemerski à la ville. Ayant commencé avec une sorte d’electro-clash relativement sobre et élégant tout en fréquentant les grands labels house (Defected, Toolroom), l’artiste a astucieusement rendu plus généraliste sa musique sans jamais perdre sa sensibilité de cette crainte nostalgique, la crainte de la fin, une inquiétude toute 80’s dans l’âme. Le DJ ne se dénature pas, fidèle à lui-même. Keep It Secret est le dernier d’une longue traînée de morceaux sortis depuis le sympathique L.A., second album de 2020. Il clôt la trilogie de singles (avec Rooftop et  Sunshine) du prochain, petit nouveau se faisant attendre. De ces morceaux, Keep It Secret se distingue particulièrement bien.

Le morceau est irrésistible. La faute à la voix capturée et bouclée d’une certaine Jessy Lanza, mais que Tensnake laisse en liberté le temps d’un pont qui rappellera le brûlant Same Man de Till West et DJ Delicious. Les pistes n’ont pas grand chose à voir (Keep It Secret est plus candide) … et pourtant, elles ont tout à voir, groovy du tonnerre. Une certaine liberté, et une époque, celle du milieu des années 2000, en commun. Celle où la house investissait de nouveaux genres de musique à partir d’autres venant d’époques vénérées qu’on connaît bien (la pop 80’s, la disco 70’s). Et cela – et on insiste dessus – pour faire quelque chose de nouveau.

On ne sait plus si on est en 2023, en 2004 ou plus loin encore. L’imparabilité du morceau réside dans ce tapotement, ses notes gazeuses et pailletées, et sa phrase scandée émergeant de la fumée triturant l’auditeur. Ça ne tient pas à grand chose, un bon titre. On pense avec émotion à notre disc-jokey de cœur, Tonka, qu’on sait admiré par Tensnake, mais aussi à Junior Jack, Armand Van Helden et toute l’artillerie. L’Allemagne compte encore les producteurs électroniques mi-généralistes mi-underground les plus classes du monde, quand on pense qu’y résident les vétérans Digitalism et Boys Noize, dont les albums furent probablement ce qui se faisait de mieux dans le genre en 2021. Plus discret mais tout aussi humble, Tensnake peut prétendre à son rond de serviette.

Stimulate de Tensnake

Lire aussi :
Single de l’été (12) : Ambiance Brasil avec Diogo Strausz
Singles de l’été (11) : Jeanne Bonjour redonne des couleurs au Creep de Radiohead
Singles de l’été (10) : SebastiAn fout le feu à London Grammar
Singles de l’été (9) : Pipiolas met l’Espagne conservatrice en PLS
Singles de l’été (8) : Sugar For The Pill nous en fait voir de toutes les couleurs
Singles de l’été (7) : Kid Francescoli met son slip de bain sur Run, Run
Singles de l’été (6) : DYE CRAP surfe sur le bon vieux temps
Singles de l’été (5) : Peggy Gou a ses Nanana
Singles de l’été (3) : Lena Deluxe et ses Animals
Singles de l’été (2) : sortie scolaire avec Johnny Dynamite & The Bloodsuckers
Singles de l’été (1) : Le retour de The Drums est beau comme un cul

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Dorian Fernandes
Triboulois / D’un ciel bleu
[Autoproduit]
Depuis qu’on a appris que Matthieu Malon, la tête pensante de Laudanum, revenait...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *