Affronter la canicule (5) : Dame Area dans la zone du vice

Dame Area - Esto me perteneceQuand la chaleur monte en chantilly et que les châteaux d’eau se vident, il faut se jeter dans la pénombre avec maris, mamies et enfants compris. Il n’y a pas meilleure enseigne de la vie qu’un squat de nuit. Ce soir, c’est Dame Area qui régale ! Le groupe de techno new wave post-indu nous accueille pour la nuitée, et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa musique va nous vibromasser à vide !

Pourquoi ? Parce que Esto me pertenece, titre leur EP ! Nos corps, nos bouches, nos sexes, nos enfants, la boîte, oui : tout ! La nuit va battre la chamade aux cris de Dame Area ! Nous sommes sa petite chose ! Allez les enfants, laissez-nous, on a toute une jeunesse à regagner. Esto me pertenece bastonne : boom boom, ça martèle à tout-va ! À défaut d’avoir de l’eau, on se fait des suçons derrière les usines désaffectées, des smoothies sanguins dans la friche.

On se jette dans la foule et on danse en expiant notre douleur sur la voix plaintive de Silvia Konstance : verres, mini-jupes, eye contact, langues, fluides, corps, chicas et ragazzi unis, sueur, morsures et tentacules. Ô bandaison transcendantale ! Pour sûr, Dame Area a grandi au Cabaret Voltaire en écoutant Les Liaisons Dangereuses. Le monde court à sa perte, et ? « Resistire » nous sifflote à l’oreille la plurilinguiste. Elle nous file quatre dragées avec cet EP : parfait, mangez en cinq par jour ! Pas plus qu’on vous dit !

Non ti puoi fermare, sorte de paso doble dont le rythme est martelé par des pilons d’usines, rappelle énormément, dans une scène électronique un peu plus ouverte mais tout aussi élitiste, le contemporain Boys Noize (on pense à son Das Alter), aux influences assurément communes. Avec les effets hip hop 80’s de Las palabras matan, on comprend qu’on va faire de mauvaises choses. De très très vilaines choses. Ce n’est pas avec ce type de musique qu’on ira au ciel.

Dame Area ne peut s’empêcher de cristalliser les reproches que l’on adresse à la scène new wave actuelle, comme, au hasard, un groupe comme French Police (qui se plaît aussi à chanter en plusieurs langues). Ou encore celui consistant à se complaire dans une imagerie à la fois gothique et romantique de celle-ci quelque peu clichée (l’utilisation de plusieurs langues, l’attitude incantatoire et monocorde, la posture un peu prétentieuse en découlant). Cette scène ne se rend pas compte qu’elle se plonge dans une facilité (com)plaisante, se répétant et manquant de diversité, rendant difficile sa reconnaissance dans une époque pourtant gagnée aux « golden eighties » et à l’électro. Ister inan, ister inanma, titre à la langue inconnue, confirme l’odeur de mort (et donc de vie à contre-jour) qu’amène naturellement la musique post-industrielle. Depuis, le duo italo-calabrais a sorti un titre, La Nueva Era, qu’on vous encourage d’aller voir si c’est votre came. On n’est pas sûr de pouvoir supporter Dame Area toute la vie, mais le temps d’une nuit, on dit oui oui oui !

Le prochain album de Dame Area se nomme Todo La Mentira Sobre Dame Area et sortira le 26 septembre en numérique et le 22 novembre en vinyle sur BFE Records.

Le groupe se produira ce vendredi 17 juin à Metz (Les Trinitaires), le 18 juin à Grenoble La Bobine), à Bourges (L’antre Peaux) le 30 juin et à Villeurbanne (Le Transbordeur) le 13 juillet.

Tracklist
01. Esto me pertenece
02. Non ti puoi fermare
03. Las palabras matan
04. Ister inan, ister inanma
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Dorian Fernandes
[Clip] – Baboust déboule sur le Driveway Color
Flâner avec Baboust dans les oreillettes, sous les lampadaires d’une mégapole déserte,...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *