Too Good To Be True lance son single club

Love Dance - Parallel Lines / PSFSub Pop, Too Pure ou Rough Trade pour les plus emblématiques, Waaaaah ! pour le plus poppy, Lithium ou les tourangeaux d’Acetone plus près de nous, on ne compte plus les labels qui ont développé principalement dans les années 90 et 2000 des Singles Club, ces formules d’abonnement, ancêtres de la pré-commande dorénavant largement répandue, qui permettait de recevoir à intervalle régulier un single inédit d’un groupe plus ou moins connu, souvent destiné à devenir un jour collector au vu de l’édition limitée et généralement regroupé dans une unité graphique spécialement imaginée pour l’occasion. C’était l’époque bénie où le single était l’un des moyens les plus populaires et bon marché de diffuser de la musique, une époque révolue maintenant que le prix de pressage d’un single en fait un véritable objet de luxe dont le prix a globalement été multiplié par 3 en 25 ans.

Révolue ? Pas complétement. Toujours à la recherche d’idées permettant de multiplier les formes et les supports de leurs sorties, le label brestois Too Good To Be True lance cette semaine son propre single club 2022/2023. 5 singles qui sortiront entre le 28 septembre et le début d’été prochain et seront regroupés dans un coffret qui sera livré avec le dernier disque. Le label innove, proposant une formule à la carte sans doute plus conforme aux attentes du public d’aujourd’hui : achat libre à l’unité ou abonnement pour les 5 singles et le coffret limité à 150 exemplaires avec soit une livraison à chaque sortie, soit une livraison finale 5 en 1 en juin 2023 avec toutefois les versions numériques disponibles à chaque sortie.

Côté casting, aucune surprise, les 5 invités sont connus depuis quelques jours, fidèles bien évidemment à l’esprit du label. Ce sont les norvégiens de Love Dance qui ouvriront le bal dès la semaine prochaine avec Parallel Lines, un de ces micro tubes synthpop parfaits dont ils ont le secret, brillamment mis en valeur par une somptueuse vidéo réalisée par Edgar Imbault qui nous fait découvrir leur ville de Bergen de nuit.

Suivront fin novembre la première sortie de The Slow Summits, des suédois inspirés (forcément quand on tire son nom du dernier album de The Pastels) à l’écriture précise dans une veine Feelies/Orange Juice, puis début 2023 la pop factorienne de Cascabel, première sortie sous ce nom de Stéphane Auzenet que l’on connait plus sous son avatar de The Reed Conversation Society. Le printemps verra le retour de Meyverlin, déjà auteur d’un premier album lumineux sur le label avant que la fin de printemps, forcément, ne voit sortir le premier disque de The Gentle Spring, nouveau groupe mais porté par un véritable vétéran de la pop indépendante, Michael Hiscock, fondateur des Field Mice et toujours bassiste sur les projets de Bobby Wratten, Lightning In A Twilight Hour pour le dernier en date.

Du beau monde donc et la promesse de jolis moments de douceur pop délicatement emballés avec soin et goût.

programme des sorties
TooGood 12: Love Dance (released on the 28th of September 2022)
TooGood 13: The Slow Summits (scheduled for the end of November 2022)
TooGood 14: Cascabel (scheduled for January/February 2023)
TooGood 15: Meyverlin (scheduled for March/April 2023)
TooGood 16: The Gentle Spring (scheduled for May/June 2023)
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrit par
More from Olivier
Maserati / Enter The Mirror
[Temporary Residence]
Maserati détonne. Qu’attendre d’autre d’un groupe qui se donne pour patronyme celui...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.