Jérôme Minière / Une Clairière
[Objet Disque]

9 Note de l'auteur
9

Jérôme Minière - Une clairièreComme il l’avait annoncé, Jérôme Minière revient quelques mois seulement après la publication de Dans la Forêt Numérique en autoproduction fin 2018 avec un nouvel album annoncé comme le deuxième versant de ce qui aurait pu être un diptyque (ce que les choix graphiques des deux pochettes démentent). Si l’un était solaire et offrait de véritables moments radieux (toute proportion gardée pour un artiste pas vraiment porté sur la gaudriole), celui-ci s’annonçait plus sombre et introvertie. Et autant le dire maintenant : malgré toute l’affection qu’on lui porte, on ne s’attendait pas à ce que la suite, Une Clairière (Objet Disque) soit de cette trempe. Non, vraiment pas. Car il faut considérer ce nouvel album, le douzième au moins en solo sous son propre nom ou celui de Herri Kopter, comme un marqueur fort de la discographie du Français.

Déjà parce qu’Une Clairière est son premier album distribué en France depuis ses premiers pas chez Lithium à la fin des 90’s. Car depuis tout ce temps, l’exilé au Québec n’a pas trouvé un grand écho de ce côté-ci de l’Atlantique. Vu l’accueil de ce disque, sa position pourrait enfin changer sur ses terres natales. Ensuite parce que ces huit morceaux subliment tout ce que Minière a fait depuis des années. En effet, si chacun de ses albums offre des petites réussites de pop poétique et des ritournelles aux airs de symphonies électroniques miniatures, ici, il parvient à ne retenir que l’essentiel. Si ses textes le positionnent comme un observateur pertinent, il évite l’écueil de la critique sociale. Si ses compositions font la part belle à la mélodie, elles empruntent des chemins de traverses pour s’échapper du format chanson. Si le ton est intimiste, le propos est expurgé de toute mièvrerie et ne confine pas au voyeurisme.

Ainsi, si le programmatique La Vérité Est Une Espèce Menacée charmait déjà sur Dans la Forêt Numérique, la nouvelle version (en résonance à des arrangements à la Jacques Demy revisités par le Gainsbourg de Melody Nelson) qui ouvre Une Clairière en retient l’essentiel : rien n’est inéluctable si tant est qu’on commence déjà à ce qui passe à hauteur de chaque homme. Enfin, pas sûr que chaque auditeur mettra derrière ses phrases les mots choses que l’auteur. Mais c’est là l’une des forces de Minière : même écrits à la première personne, ses textes laissent une grande place à tout un chacun pour y projeter ses propres réflexions, ses doutes et ses espoirs. Et ce n’est que la première banderille d’un album incroyablement personnel et pourtant universel dont on pourrait citer les promenades puissamment mélancoliques aux vertus galvanisantes  (Le Beau Vide), une comptine pop drapée de cordes (Cascades), le croisement de la posture slacker de Beck ou d’un Soul Coughing avec l’évanescence du shoegaze de Seefeel (si si, faites un effort d’imagination ou écoutez La Somme Des Jours). Et puis, il y a aussi deux pièces sur lesquelles le Français s’aventure ailleurs, un peu loin encore, dans une sphère personnelle et réflexive. Vaste, en conclusion de cet album au format parfait pour notre temps (le retour du support vinyle impose des choix, qui parfois, aident à rendre le propos concis) est un moment en suspension qui laisse longtemps voguer les pensées. Mais bien évidemment, la pierre angulaire de ce disque est constituée par les 9 minutes et 25 secondes de La Beauté : un morceau de bravoure, un manifeste qui rappelle avec une classe éclatante et humilité que Jérôme Minière est de la trempe de Mendelson ou Diabologum – les auteurs de Personne Ne Fera Pour Nous (2007) et #3 (1996). La comparaison est à apprécier dans ce qu’elle a de plus flatteuse donc. Ce n’est certainement pas une garantie pour atteindre enfin son public (encore moins pour devenir bankable), mais le brouhaha suscité par Une Clairière ici doit certainement ravir l’expatrié, lui arrachant son indéfectible sourire à la fois jovial et vaguement désabusé. Que ce soit pour un premier pas dans l’univers de Minière ou une nouvelle étape dans une relation au long cours, n’hésitez pas à le suivre pour trouver le refuge offert par Une Clairière (Dans Une Forêt Numérique).

Tracklist
01. La Vérité Est Une Espèce Menacée (Clairière Mix)
02. Une Clairière
03. Cascades
04. Le Beau Vide
05. La Beauté
06. Lune
07. La Somme Des Jours
08. Vaste
Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Ici Dix-Sept from French County

Qu’il est bon de voir de nouvelles structures émerger, de nouveaux groupes...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *