Morceau feel good du moment : Today Is The Day, le nouveau Eels rend heureux

Eels - The DeconstructionOn a connu Mark Oliver Everett au 36ème dessous. C’était l’époque des décès, de la maladie et de la dépression. Le groupe y luttait alors à sa manière, souvent sautillante et lumineuse, contre ses propres fantômes. Depuis quelques années (disons Tomorrow Morning en 2010), Eels a changé. Le chanteur a sorti une biographie saluée par la critique et d’excellente tenue. Les démons se sont éloignés et les tournées ont retrouvé du peps, au risque de se banaliser et de faire de Eels un énième barnum pour touristes indé.

Le 6 avril, le groupe sortira chez PIAS son nouvel album, The Deconstruction, avant un concert à Paris le 9 juillet à l’Olympia, annoncé par un premier single épatant de joie de vivre, de légèreté et d’espoir. Mis en images de façon brillante par Gus Black, Today Is The Day reprend en vidéo le principe classique de la déambulation (bien connu de ceux qui suivent nos commentaires) et lui apporte une résolution sous forme de twist assez tendre et amusante. On n’en dit pas plus pour ne pas ruiner l’effet. L’acteur du clip est Mike Mitchell, qui apparaît aux côtés de E. dans la série Love.

La présentation officielle n’en apprend pas plus pour le moment sur l’album lui-même. Sera-t-il aussi « feel good » que ce premier single ? Y retrouvera-t’on le Eels des débuts, cette sorte de gros fantasme qui anime les suiveurs du groupe depuis plus de 20 ans ? Mark Oliver Everett a ainsi fait l’acteur pour la série Love de Netflix ces dernières années mais il n’a jamais cessé de composer. C’est probablement le plus important. Plutôt que de fantasmer sur ce qu’on ne sait pas, on lira avec attention la note d’intention du bonhomme qu’on trouve sur son site officiel. C’est pour ce genre de textes et cette lucidité à toute épreuve que E. reste, après des albums inégaux, l’un des types les plus attachants et sincères du rock indé, un monstre de simplicité et un auteur compositeur à la liberté indomptable. S’il y a encore de bonnes raisons d’écouter la musique de Eels, c’est parce que Mark Oliver Everett est un monstre charmant.

« Hi,
We could do the usual record company “bio” about this new record, but, seriously… who gives a fuck.

The world is a mess. This is just music. Music by someone who tends to believe that change starts in your own backyard. I’m just optimistic enough to believe that kind of thing can still help people.

It doesn’t have any answers, other than maybe that there is no answer, the dust never settles, everything is out of control, etc. But it offers this: you can make changes. Thus, you can change the world. Right?

Maybe if there’s anything we have any true control over, it’s how we see things. There’s a song about that here. The “our” of “In Our Cathedral” is the collective “our” — all of us. Your point of view. As the great Roger Miller once said, “You can’t roller skate in a buffalo herd, but you can be happy if you’ve a mind to.” He said it better than I did.

The other thing we can do while everything’s such a mess is just try to be kind. Why not? We all have bad days, but why not put in the effort whenever possible? Nobody has it easy, however their story may appear from a distance. So why not try to be nice? Starting with yourself. That’s a nice change for the world right there. Good things will grow out of that. There are some songs along those lines here as well.

I’ve been through some stuff, but I’m no expert. I’m trying to dead reckon my way same as anyone. I’m really just talking to myself here, looking for what’s really there under all the defenses. But maybe it could help you too?

Or: Fuck all this jibber jabber and see if you like this new record.

Here are 15 new EELS tracks that may or may not inspire, rock, or not rock you. The world is going nuts. But if you look for it, there is still great beauty to be found. Sometimes you don’t even have to look for it. Other times you have to try to make it yourself. And then there are times you have to tear something apart to find something beautiful inside.

Best wishes on future endeavors,
E
EELS guy »

Que dire de plus ?

Mots-clés de cet article
, , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *