Roulette Memory #39 : Rising For Sunset de Gene

Gene - Rising For Sunset
Le groupe Gene vient de mettre en vente un coffret maousse qui reprend l’ensemble de ses productions officielles sur 9 CDs et 8 LPs. Cet objet, qui semble majestueux, a été assemblé avec un soin extrême comme on le fait maintenant et est forcément très tentant pour les fans du groupe même s’il ne présente absolument rien de nouveau et coûte une blinde. Martin Rossiter avait prévu un concert d’adieux qu’on avait annoncé mais qui a été englouti dans les affres du confinement britannique. On ne sait donc pas si le chanteur leader du groupe aura l’occasion de chanter une dernière fois les principales chansons qu’on retrouve sur ce Rising For Sunset ou si elles sont perdues à jamais.

Gene est un groupe généreux et précieux qu’on a eu tort de ramener souvent à cette période honnie/bénie de la britpop. Le groupe est passé d’héritier officiel de The Smiths à pas grand chose dans l’opinion. Il réunit des fans hardcore passionnés et des gens complètement indifférents à ses charmes. Sur ce live enregistré à Hollywood en 2000, Gene est en fin de vie (même s’il se sépare techniquement en 2004) mais costaud et prêt à conquérir une Amérique qui ne voudra pas de lui. Rossiter est en voix et le groupe vraiment convaincant avec à sa tête Steve Mason, le principal architecte sonique du quatuor. On peut s’amuser à mettre ce live en regard du fabuleux Rank de The Smiths. Il y a ce même frisson électrique, cette même force virtuose qui se dégage des deux groupes qui sont pourtant à ce moment précis déjà en surchauffe et en décalage par rapport à leurs productions des débuts. Gene fait les gros bras tandis que Rossiter rêve de prendre le thé sur son canapé en lisant de la poésie. C’est le grand écart. Les morceaux les plus récents sont intimes et se prêtent assez mal à des types qui jouent aux apprentis U2.

Pour le reste, le live est brillant avec en tête de gondole les hits d’Olympian qui ont adorablement vieilli. Be My Light, Be My Guide ou London Can You Wait sont à tomber. Il faut écouter ça.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

[Instantanés#1] – Quand Hayden voyait les choses Bad As They Seem (1995)

Notre rapport à la musique est fait de fils qui nous relient...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *