Babybird / Jesus Loves You The Christmas Album
[Autoproduit]

8.3 Note de l'auteur
8.3

Babybird - Jesus Loves You The Christmas AlbumPeu importe qu’il s’agisse du dixième ou quinzième album long format de Babybird cette année (certains sont des disques triple), on a à peine digéré le précédent, l’excellent Dead, que Stephen Jones nous offre sa dernière réalisation de 2019 (cette fois c’est certain) : un album de et pour Noël, Jesus Loves You The Christmas Album. La mauvaise nouvelle est que la version CD est déjà épuisée et que, de toute façon, il n’était même pas certain qu’elle arrive avant les fêtes.

Jesus Loves You est caractéristique de ce que fait Babybird de nos jours : composer à la chaîne des titres à l’aide d’un ordinateur, sur lequel il génère des boucles plus ou moins sophistiquées mais le plus souvent limitées à une rythmique, un clavier et à des instruments synthétiques ajoutés. Lorsque les chansons le méritent, il ajoute une prise de voix, en une ou deux tentatives. Il arrive que les mélodies vocales se ressemblent et tout n’est donc pas forcément mémorable. Au rythme de ses productions (sans doute trois ou quatre chansons chaque jour), les albums se remplissent tout seul, souvent assortis d’une thématique qui réunit les titres. La mort hier. Noël aujourd’hui, mais cela revient au même : la beauté est nimbée de tristesse, la chaleur humaine gaspillée pour tenir le monde en place. On retrouve tout cela ici pour dix chansons impeccables.

L’entame est remarquable. It’s Christmas évoque l’esprit de Noël de la façon la plus simple qui soit des cloches, un chant façon chorale (tout seul) et des paillettes dans le regard. Le protagoniste principal se réveille pourtant avec la tête dans le cul et des envies de meurtre au son de la musique de supermarché. On ne sait pas si c’est un ivrogne, un serial-killer ou, comme nous, un humain à la dérive, pas plus qu’on ne connaîtra la fin de l’histoire. Sur Ducks, l’une des plus belles pièces du disque, Stephen Jones exprime sa vision du monde en se plaçant dans le corps d’un… canard. C’est du grand art. « It’s Christmas day. And I am naked in the park. Looking for dry ground where i could put my dead down, fall asleep to the sound of the birds fly away. » Cet album de Noël fourmille d’instants de poésie et de trouvailles, de pépites délicates et de merveilles miniatures. Il y a, comme souvent chez Jones, une noirceur et une mélancolie qui sont parfois difficiles à soutenir et qui gardent sa musique à distance du mainstream. Xmas Gun décrit ce qui semble être un meurtre de masse. Le tueur se balade avec un Xmas Gun et tue tout le monde alentours. Parle-t-on de terrorisme ou est-ce, comme on croit le comprendre ensuite, juste un gamin qui mitraille tout le monde avec un pistolet plastique ? Peu importe. La violence est posée, menaçante et tenue à distance par la force de la métaphore. Hidden in A Secret Place évoque l’absence d’un être cher, caché pour Noël dans un endroit tenu secret. Est-ce un père divorcé qui pleure l’absence de sa fille en garde alternée ? S’agit-il d’un kidnapping ? Est-ce que l’être cher est tout simplement mort ? L’auditeur choisit la profondeur de la tragédie en fonction de son état d’âme. La musique est sublime, cafardeuse et léthargique.

Love Will Rip You Up est un morceau plus lyrique. Nous contre le reste du monde… l’amour qui tient tête à tout le reste. La voix du dimanche est de sortie. On a la gorge nouée. La vie est une épopée qui vaut bien 7 minutes, à la fois grandioses et maladroites. Jones voudrait convoquer un orchestre entier pour dire à quel point il aime mais n’a à sa disposition qu’un ordinateur qui tient dans une boîte à chaussures. Ce sera le Noël de la démesure, le Noël de la débrouille et des miracles minables. Plastic Christmas est un enchantement, un hymne à la joie posé sur un sample d’Ave Maria. Voici l’allégresse qui s’invite et s’installe à table. Une trompette résonne sur Enjoy The Blast, un quasi instrumental de près de cinq minutes. Tout le monde est réuni. « What a wonderful feeling ».  Christmas Alone est d’une tristesse déchirante. Le chanteur est seul désormais, quitté de frais par l’amour de sa vie. Jones n’est jamais aussi efficace que lorsqu’il s’abandonne entièrement au mélodrame. Morrissey n’aurait pas osé. « Quand elle m’a quitté, je ne pouvais pas rester debout. Quand elle m’a quitté, j’ai explosé et me voici, maintenant, sans aucun sentiment. Me voici, maintenant, je passe Noël en solitaire…. Noël en solitaire. » Tout ceci est un jeu affreux. La musique est une imposture, une succession d’émotions théâtrales qu’on vient partager pour se faire peur ou se faire du bien. Jones nous offre des émotions par procuration. Il y a une fanfare de cirque sur Perfect Xmas. Et le cycle recommence. On aime à nouveau plus fort que tout. Est-ce l’amour de Jésus qui mettra tout le monde d’accord ? C’est ce qu’on peut penser à l’écoute du dernier titre, Jesus Loves You, It’s Christmas. On cherche l’abri ultime, le seul qui préserve du désamour et de la froideur du monde. Jones répète « it’s Christmas » comme un mantra. Le morceau est fait de collages. Des enfants chantent l’arrivée du Père Noël avant que le chant ne se fracasse sur un lamento sinistre et plein d’espoir. Ce final est magnifique. Les temps sont durs mais l’artiste reste droit. Petitement droit. Fièrement droit.

La musique de Babybird donne du courage. C’est comme quand Bruce Willis devient un héros dans Incassable. Un tas de miettes qui s’assemblent et redeviennent un homme. Il y a toujours un combat à mener et à perdre. Toujours un dernier combat. Mettre les bottes au pied du sapin et attendre le passage de l’homme en rouge.

Tracklist
01. It’s Christmas
02. Ducks
03. Xmas Gun
04. Hidden In A Secret Place
05. Love Will Rip You Up
06. Plastic Christmas
07. Enjoy The Blast
08. Christmas Alone
09. Perfect Xmas
10. Jesus Loves You, It’s Christmas
Liens
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Roulette Memory #36 : Mummy Your Not Watching Me des Television Personalities

Ce n’est même pas une voie détournée de rappeler que la vie...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *