Pavement se rereforme pour une tournée en 2022

Pavement Tour 2022Les fans attendaient leur reretour sur la route des festivals l’an dernier mais ceux-ci ont été annulés les uns après les autres, privant ainsi la formation de Stephen Malkmus et Scott Kannberg d’une seconde réunion. Le groupe, séparé à la fin du siècle dernier après la sortie de Terror Twilight (album dont on célèbre l’anniversaire et probablement une édition collector de luxe), avait déjà cédé aux sirènes du comeback en 2009-2010 pour des apparitions de prestige et une grande tournée, laquelle les avaient menés à se produire au Zénith avec les alors pas si grands The National en première partie.

De mémoire de fan, cette première reformation de Pavement n’avait enchanté personne, le groupe retrouvant ses mauvais réflexes de jeu, renouant avec les tensions entre Malkmus notamment et Kannberg, puis se confrontant au désintérêt manifeste de son chanteur leader et principal compositeur pour ce qui se passait là. La prestation au Zénith résumait bien le sentiment général : le groupe jouait plutôt pas mal, exécutait avec une conviction modérée des titres exceptionnels et rappelait au passage, mais sans forcer le respect outre mesure, qu’il était bien l’un des groupes les plus créatifs, doués, importants et mésestimées de la période 1992-1995. La reformation n°2 était en gestation depuis 2016, date à laquelle Malkmus s’était produit sur scène avec ses collègues pour le 50ème anniversaire de son guitariste avec ses Jicks. Kannberg avait alors laissé entendre qu’un retour de la formation de Portland était une probabilité. On en était resté là.

Peu de chance tout de même que la chose produise quoi que ce soit de neuf. On espère que la tournée qui démarrera dans un an et passera le 27 octobre au Grand Rex (à Paris) sera synchronisée avec la sortie d’un disque-tiroir caisse (il semble qu’il y ait assez peu de matériel à mettre en valeur, la session de Terror Twilight ayant été un désastre), histoire de motiver les fans et de permettre aux plus jeunes de tutoyer la légende. Pour les autres, on ne saurait trop conseiller d’aller taper dans les cinq albums officiels du groupe, voire (pour les moins aventureux) de se procurer la jolie compilation best-of Quarantine the Past d’il y a une petite dizaine d’années. A noter que les billets seront mis en vente le vendredi 10 septembre 2022. Il faut donc s’y prendre tôt et espérer être encore en vie jusque là.

[Chanson culte #62] – Cut Your Hair de Pavement (1994) : l’hypothèse mainstream et la stratégie de l’échec

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots-clés de cet article
, , ,
Plus d'articles de Benjamin Berton
Swordplay / Paperwork
[Dora Dorovitch / Audio Recon]
Si Paperwork (Dora Dorovitch / Audio Recon) doit être le dernier album...
Lire la suite
Join the Conversation

4 Comments

  1. says: zimmy

    Il fut un temps où les groupes de rock indépendant raillaient les reformations comme une entreprise purement commerciale. Mais aujourd’hui tout le monde s’est reformé pour récolter les dividendes du culte post mortem. Et même hors indie ce symbole jusquauboutiste qu’ont été les Stooges a fini par se reformer. N’en reste qu’un seul qui n’a pas cédé: les Smiths et c’est pas les désaccords politiques chanteur/guitariste qui vont arranger les choses. Et il semble que le Moz ait refusé un bon paquet de fric pour se reformer. Ce qui donne aux Mancuniens de facto le statut de seul groupe fidèle au crédo indé des origines.

    Et si finalement ça devait arriver? Je prendrais hélas mon billet car le groupe ne s’est produit que deux fois en France à Paris et moi j’étais provincial, gamin et le groupe passait pas chez Drucker. Du coup je l’ai découvert post mortem. Quand je lis certaines lamentations sur le présent du Moz de gens qui ont vu les Smiths live j’ai envie de répondre :” Ouais, mais toi tu as vu les Smiths live et tant que la machine à remonter le temps n’existe pas t’en un privilégié”.

    1. Pas mieux. Je suis né à cette musique juste après la séparation et au moment des débuts solo du Moz. Je me suis rattrapé évidemment en le voyant une bonne douzaine ou quinzaine de fois au fil des années. Pour le reste, on a déjà parlé de ces démarches qui n’ont pas que du mauvais….J’ai pris du plaisir à revoir les Pixies par exemple même si leurs nouveaux disques ont un peu “ruiné” la perfection de leur premier mandat. Dinosaur Jr s’en est sorti beaucoup mieux mais aurait tout aussi bien pu s’arrêter avant… Arab Strap, etc. On n’a pas fini d’en parler. En tout cas, j’aurais bien assister aux derniers concerts de Morrissey à Vegas qui semblaient plutôt bons.

  2. says: zimmy

    Benjamin, si tu lis encore… Et le concert de Chicago semblait très bien aussi. De quoi regretter l’annulation parisienne définitive. A propos des ex-Smiths:
    -Morrissey sera sur le nouvel album d’A$ap Rocky. Vraiment curieux de ce que ça donnera.
    -Première salve du nouveau Johnny Marr, un single sympathique dans son envie de sonner New Order mais qui selon moi se plante au refrain.

  3. Tout à fait. Je me suis surpris à réécouter beaucoup le dernier Morrissey et je l’ai sérieusement réévalué depuis la sortie. Il devrait tenter des collabs plus souvent même si je pense que son style de chant n’est pas le plus simple à compléter…. Les quelques tentatives n’ont jamais été vraiment convaincantes. (le duo avec Siouxsie à la rigueur mais dans un genre très convenu finalement). Le Johnny Marr est pas mal du tout. Je partage ton avis sur le refrain.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *