Gontard / Tout Naît / Tout S’achève Dans Un Disque
[Ici D’Ailleurs]

7 Note de l'auteur
7

Gontard - Tout Naît / Tout S'achève Dans Un DisqueDeux ans après avoir réalisé un album inclassable, Repeupler (Ici D’Ailleurs) et nombre d’enregistrements artisanaux et diverses mixtapes (dont Mausolée Tape en hommage à Jean-Luc Le Ténia), Gontard dit avoir hésité à nommer son second album Fiasco pour exprimer le point de vue qu’il porte sur la société actuelle et son petit cas en particulier. Finalement, c’est le titre du premier morceau qui introduit Tout Naît / Tout s’Achève Dans Un Disque. C’est moins défaitiste, à peine moins cynique si ce titre programmatique souligne la vacuité du geste artistique, mais ça en dit long sur l’état d’esprit de celui qui préfère se planquer derrière un masque grotesque de lapin-cochon – un subterfuge pour préserver un relatif anonymat et planquer sa timidité comme Fuzati de Klub des Loosers avec qui tout ressemblance dans la démarche artistique n’est pas fortuite.

Musicalement, la formule de Nico Gontard reste la même que depuis ses débuts : aucune règle, aucun scrupule, il pioche à droite et gauche ce qui l’intéresse dans le post-rock sec et frontal, le jazz qu’il soit free (le saxo fou de Fin de Concession) ou crépusculaire (Notre Maison), dans l’électro qui claque, comme dans la variété française ou les arrangements à la Michel Legrand / Jean-Claude Vannier (la relation sans lendemain, Arcade Fire). C’est hétérogène et chacun trouvera des références au gré des arrangements. Le quatuor qui l’accompagne joue juste, le son est clair et limpide. Car la vedette ici, c’est le chant de Gontard. Enfin, chant, façon de dire. Il débite ses textes qui claquent avec une sorte de frénésie, il harangue, il scande, il débite. Dans ce registre, les codes ont été définis il y a déjà bien longtemps par Diabologum et développés par Programme et consorts ensuite. Gontard adopte ce ton déclamatoire qui sied bien à ses textes désabusés et critiques. Bien évidemment, en s’astreignant à tel régime, il finit par être redondant sur la longueur : le disque comptant quand même quatorze morceaux perd en intensité dans sa seconde partie. Lettre d’Amour A Ma Dernière Poupée ou Ostalgie tombent un peu à plat, que ce soit sur le ton de l’humour graveleux ou des clins d’œil à la critique politique, et rappellent de mauvais souvenirs de rock alternatif. Sur Intimidation, Gontard imagine Le Mans (on a bien compris ?) comme le théâtre de la violence ordinaire. L’exercice de style touche là à ses limites. Heureusement la chanson-titre clôt l’album sur un ton plus personnel salvateur, renouant avec la justesse des punchlines de La Main Tiède de la Violence, sommet de ce disque aussi radical que personnel.

Tracklist
01. Il Fiasco
02. La Main Tiède de la Violence
03. Singapour
04. Parkinson
05. Alerte Enlèvement
06. Fin de Concession
07. Notre Maison
08. Real Doll
09. Arcade Fire
10. Lettre d’Amour à ma Dernière Poupée
11. Ostalgie
12. Intimidation
13. Vivres
14. Tout Naît / Tout S’Achève Dans un Disque
Écouter Gontard Tout Naît / Tout S'achève Dans Un Disque

Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

On n’est jamais perdu en écoutant Maps

En voilà qu’on ne peut taxer d’opportunisme. Cela fait déjà plus d’une...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *