Teleraptor / Bestiality
[La Souterraine]

8.2 Note de l'auteur
8.2

Teleraptor - BestialityQu’ont pris ces deux gugusses pour enfanter un monstre pareil ? De la coco ? De la Marie-Jeanne ? Probablement rien, c’est ça le plus grave. Teleraptor constitue un risque pour la France. Et à l’allure où va le monde, il est de notre devoir d’accueillir un danger les bras ouverts.

WTF de la mode

Le tandem composé par Toïyo et Texto Dallas vient d’un endroit éloigné, aux confins de l’exoplanète LOL, au delà du système YOLO. Ces deux mecs sont trop perchés pour venir d’ici. Toïyo, c’est le bonze mutique qui n’émet pas un mot, celui qui aura introduit la tendance du masque chirurgical avant même la création du virus par les labos (l’EP est sorti pile poil au meilleur des moments, en janvier 2020). Texto Dallas, c’est l’emo-boy esthète des ongles à iroquois, celui qui ne peut s’empêcher de se déshabiller sur scène en débitant des horreurs à tire-l’arigot. Duo de choc en approche…

Le morceau le plus frappant de l’EP Bestiality est tout bonnement Backflip. Outre le clip plus que WTF où  on y voit une bande de jeunes éphèbes se pourlécher la peau à poil (à l’heure où nous écrivons, le clip n’a toujours pas été censuré par Youtube pour cause de paire de fesses), Backflip s’impose. On a rarement entendu une telle folie. La raison à des nappes gazeuses peroxydées tellement fortes qu’elles en sont ahurissantes. La  musique de Backflip ressemble follement à une version dynamitée de Finley’s Rainbow de A Guy Called Gerald. Sous leur apparente couillonerie, les gars en ont dans la caboche. Le Toïyo sait où frapper : il connait absolument sur le bout des ongles les sous-genres que sont la trance, la hardstyle et la trap. Il y accentue volontairement ses traits pour confectionner une piste bien montée, à vous en faire cracher de dopamine. Il est profondément rassurant de voir ces gens se jeter la tête la première dans le cinglé. Écoutons ce que Texto Dallas a à nous confier :

J’ai tenté un backflip dans une piscine sans eau
Fécondé des livreuses, de chez Alloresto […]
Coché des QCM, en matant du porno
Déguster des sushis, sur le blanc de sa peau
La faire crier en rythme, faire de moi son héros!

Finesse, bien le bonjour! On n’ose s’imaginer les barres de rire cassées lors de la réalisation de ces clips complètement gonzo. Il y a un je-m’en-foutisme tel dans les paroles, que l’on en vient à penser que le duo s’est lancé un défi expérimental genre : “Allez on écrit complètement beurré en 2h les paroles d’une chanson et on s’y fixe!”. Pourtant, les compositions et l’esthétique des clips et pochettes  semblent absolument réfléchis, très léchés. Teleraptor ferme les vannes de la bêtise ambiante d’un monde se pensant intelligent pour ouvrir grand celles d’une connerie totale et décomplexée. Le résultat est assez fascinant, car de ce magma musical semblant s’abandonner à l’aléa de la biture, en ressort quelque chose de… définitif.

Jurassic porno

À bien écouter l’EP dans sa totalité, face à ce trait d’union entre rap détraqué du front et subculture du dancefloor, ce dernier versant en vient à dominer l’autre. Nous n’avons pas souvenir d’une passerelle aussi revendiquée depuis, peut-être, TTC. En tout aussi abstrait, mais en moins intello. Ce qui est tout d’abord un choix bienvenu, car osé. Mais également dommageable. On s’explique : le fait d’accorder une importance à la musique a peut-être insidieusement poussé à en accorder moins aux paroles. Nous tombons facilement dans les automatismes du rap de trentenaires, avec les allusions, comme dans Ichibang, à des animés ou jeux nippons comme Akira ou Shinobi. De même, Texto Dallas nous asperge de références à d’illustres chanteurs, Francky Vincent ou O-Zone en tête. La grande musique est celle qui s’alimente d’autres grands auteurs… mais, tout de même, doit-on se sentir obligé de citer son hall of fame? À quoi nous rajouterons les métaphores filées sur le sexe oral, qui devraient se limiter minimum au nombre de 3 par titre. Attention, les paroles restent tordantes, mais nos jeunes dinosaures auraient pu fignoler leurs paroles, proposer un verbe plus raffiné au service de la musique, accompagnant celle-ci dans un même mouvement de convulsions frénétiques. Nous pensons tout de suite à des gars comme Churros Batiment dont le dernier EP était très électro crado, ou, mieux encore, un Jean-Louis Costes , maître ès trashouille contrôlée. Si Teleraptor le contactait, pour sûr, il n’hésiterait pas à élimer leur plume.

Ichibang, débutant sur un flot de paroles hystéros composé de mots étrangers comme “wattachiwa” et “bang-bang”, est un festival du chibre levant. Cette hardtrap qui stridule est originale, quoi que assez éreintante : il y a quelque chose d’incontrôlable chez Teleraptor. Quoi que l’on en pense, Teleraptor clivera. Le degré de désinhibition se situe au-delà du réel. Avec Liquid Acid, sorte de piste mouvante hardstyle qu’un Davoodi n’aurait pas renié, on y entend, dans sa dernière partie, des cris grégaires et des hurlements de queutard. Leur folie n’a pas de limite. Ces gonzes ne sont pas sans nous rappeler des drougs d’Orange Mécanique – mais inoffensifs – , une sorte de caste de rappeurs provinciaux white trash dont les sommets de la Mongolie ne contiennent plus de secrets. Sans envie de plan de carrière, les gars se jettent sans parachute dans la musique en mode kamikaze, vociférant, comme dans Le Sacre de la cuisse, des choses comme :

Au nom du père / Au nom du fils
Au nom d’ la cuisse / Soit sanctifié! 
Par ton jeu d’ jambes / Tu peux prétendre
Tu as du chien hoooo! Tu me plaiiiiiiiiiiiis!

Plus qu’un cri, c’est à un déluge d’extravagance auquel on assiste. Génération née de l’internet, on n’ose pourtant imaginer leur mordant sans les cerbères de la morale. On pourrait presque les penser sortir de l’univers geek et bariolé de Scott Pilgrim, ou issus des équipes de dessins animés pour adulte Bobby Prod (Les Kassos) et Bobby Pills (Peepoodoo & The Superfuck Friends). Le goût du moche y est tellement concentré que leur musique en devient bonne de toute part. Teleraptor, par leur ardeur dans l’ânerie consentie et leur esthétisme, auraient fait flashé un gars comme Oscar Wilde. Au fond, ces individus étaient des êtres contestables, eux aussi, en leur temps.

La grosse bouffe

À l’écoute de Bestiality, l’envie de drifter dans le parking de l’Intermarché de Sainte-Verge vous étreindra, sans aucun doute. Ou de participer à un pogo champêtre entre les bottes de foin de Bourré.  Aussi bien avec Backflip que Le Sacre de la cuisse, on repère aussi bien des inspirations allant du synthé 80’s (type Goblin,  John Carpenter et Giorgio Moroder) qu’à l’eurodance ou la trap la plus contemporaine. Il y a quelque chose d’à la fois généreux et barbare dans ces beats bien gras, un peu comme après avoir dévoré une vitrine de cheesecakes, mais sans diabète à la fin. Il n’en reste que l’ensemble est un peu trop court. Mais comme elle dit : “ce fut court, mais ce fut fort bon!”.

Pour celui dont l’appétit n’est pas rassasié, le traitement des remix est royal. Nous sommes vraiment face à des pros, dont quelques têtes familières du site. On ne peut s’empêcher de penser que cette troupe de Jackass musical, de par leur côté bricolage avec deux bouts de ficelles extra-expérimental des prods, pourrait faire partie de la famille du label Mad Decent. Avec Pierre Le Disque Jockey, nous nous situons dans un délire ultra-festif néerlandais genre Showtek, alors que la trépidante reprise de Seul Ensemble s’amuse à inventer une sorte de tribal house galactique. Un certain Mr. TouNu propose un remix bien gogol de Liquid Acid, où on croirait entendre du GTA. Adam Carpels, lui, privilégiera une trap violente type Yellow Claw ou The Partysquad, pendant que Grand Soleil, sans s’affranchir de l’excellente assise sonore de l’original, transforme Backflip en course drum’n’bass  pleine de scratchs à l’ancienne : parfait pour vous chauffer avant un 1500 mètres! Le meilleur étant peut-être la version moombahton de Bogoss-Lacoste. Presque tous les remix sont bons dans leur genre, à condition d’avoir l’audition bien accrochée. On pourra émettre le défaut que l’on pourrait faire un peu aux originaux, à savoir quelques sonorités analogues, la reprise eurotrance de Toïyo du Sacre faisant doublon avec le Backflip d’origine. Mais notre T-Rex du turfu est bien entouré.

La musique de Teleraptor parle à nos bas instincts. Elle est de l’ordre du défouloir, grisante, mais sainement primaire, se délestant de tout ennui parasite. Il y règne un nihilisme punk, mais absolument joyeux. Un prochain EP, plus long, devrait sortir prochainement. Si le monde court à sa perte, se marrer à leurs côtés en attendant la météore est une sage option.

Tracklist
01. Backflip
02. Ichibang
03. Pause Dallas
04. Liquid Acid
05. Le Sacre de la Cuisse
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Dorian Fernandes
Gaspard Augé / Escapades
[Ed Banger Records / Because Music / Genesis]
Le nouvel album de Gaspard Augé constitue un plaidoyer pour le célibat...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *